Gabon : Jo Dioumy Moubassango aurait-il claqué la porte du Parti démocratique gabonais ?

LE COFFRET

C’est un des principaux et farouches défenseurs du Parti démocratique gabonais (PDG). Ancien porte-parole et conseiller municipal du PDG, puis conseiller du président de la République, Jo Dioumy Moubassango aurait quitté le parti qu’il n’a cessé de défendre depuis qu’il est entré en politique. C’est ce qu’annoncent plusieurs de nos confrères dont Gabonreview et Gabonactu. Mais que s’est-il passé ? 

Jo Dioumy Moubassango aurait démissionné du « Parti des masses ». En effet, l’ancien porte-parole du Parti démocratique gabonais aurait décidé de quitter le bateau pour travail accompli. C’est ce que l’on peut lire dans une lettre rendue public par des personnes non-identifiées et relayée par la presse nationale. « Il me plait de remercier solennellement le Distingué Camarade Président Ali BONGO ONDIMBA, pour la confiance qu’il a bien voulu placer en moi, en m’élevant à d’importantes responsabilités au sein du PDG. Pendant deux ans, J’ai rempli ma tâche avec dévouement, sincérité et esprit de responsabilité », peut-on lire dans ladite lettre.

Selon nos confrères de Gabonreview qui auraient interrogé les proches du présumé démissionnaire, la lettre datée du 08 août n’aurait pas été rendue public avant, afin de ne pas « gêner le discours du chef de l’Etat à la Nation du 17 août dernier ». La lettre qui aurait été adressée à Steeve Nzegho Diecko, le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG), précisait que l’ancien porte-parole du parti se retirait « pour convenance personnelle ». Vraiment ?

Les dernières sorties sur la Toile de Jo Dioumy Moubassango auraient-elles eu raisons de lui ? Nous ne pouvons pas l’affirmer. Mais relevons tout de même un timing qui n’a rien du hasard. Le membre du PDG est un habitué des analyses qu’il partage souvent sur son compte Facebook suivi par plus de 4000 personnes. Depuis le mois de juillet, ses analyses jugées pertinentes par de nombreux compatriotes remettent en cause les choix des personnes qui gouvernent notre pays. En effet, depuis le 1er juillet, il revient souvent sur l’importance d’avoir des hommes et des femmes de qualité dans la gestion de la cité. « La qualité des hommes compte. Dans le processus de développement de notre pays le Gabon, une des questions les plus importantes, à laquelle nous devons trouver une réponse est celle relative à la qualité des hommes. il est important que les hommes et femmes en charge, soient aux yeux de nos compatriotes, des références dans leurs domaines de compétence », écrit-il.

Si le post ne pointe pas directement du doigt les membres du gouvernement ou de l’administration gabonaise, il va sans dire qu’il ne souffre d’aucune ambiguïté. Le président de la République lui-même a dû taper du poing sur la table à maintes reprises pour exiger des résultats à Rose Christiane Ossouka Raponda et son gouvernement. Six jours plus tard, il revient cette fois-ci avec un sujet toujours brulant et non moins pertinent que le premier : la médiocrité. C’est un secret de Polichinelle que le Gabonais est convaincu que l’Etat fait la promotion de la médiocrité au détriment de l’excellence. « Dans une société dans laquelle règne la confusion, où la médiocrité est jugée excellente et l’excellence jugée médiocre, il me semble urgent de mettre fin à ce désordre. La seule façon de le faire est de renvoyer à l’opinion publique, l’idée que des hommes et femmes dont la parole et les écrits sont respectés, peuvent occuper le haut de l’affiche. » Une invitation à s’intéresser à son cas ? Certains observateurs répondent par l‘affirmative. Mais son discours n’en demeure pas moins pertinent.

Le 17 juillet dernier, il propose de faire de Jean Ping le Maire de Libreville en 2023 à travers une analyse intitulée « Analyse politique : Jean Ping pourrait-il devenir Maire de Libreville avec l’aide du PDG en 2023 ? ». Le 21 juillet, il juge calendrier judiciaire du procès de Patrichi Tanasa « étonnant et contre-productif ». Le 1eraoût, il persiste et signe à travers un post de la pertinence de son propos sur le procès Tanasa en partageant un verbatim de Gabon Media Time. Le 16 août dernier, ils s‘interroge sur la pertinence d’un nouveau gouvernement, quand le problème semble être ailleurs, selon lui. « Il nous faut des résultats maintenant, pas demain. Il nous faut envisager quelque chose de radicale pour donner satisfaction au peuple. Je n’hésiterais pas à conseiller cette option si ma modeste voix pouvait être entendue… Il faut faire différemment pour obtenir des résultats différents, parce que les mêmes recettes produiront les mêmes résultats, aujourd’hui décriés par le premier des gabonais », a-t-il conclu.

Tant que le concerné n’aura pas pris la parole pour confirmer son départ du parti des masses, nous nous en tiendrons aux pistes susmentionnées et à ses publications de ce mois d’août, dont une en particulier datant du 08 août 2022 à 11h11. « Méfiez-vous des histoires uniques, elles ont tendance à voler la dignité des gens. Il y a toujours une autre version de l’histoire que l’on vous a tout le temps répétée », de Chimamanda Ngozi Adichie, écrivaine nigériane.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Marathon Day : 44 kits scolaires offerts par Bolloré et Owendo Container Terminal à Moanda

Dans le cadre de leur politique RSE en faveur des populations locales, Bolloré Transport & Logistics Gabon et Owendo...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x