Gabon : le gouvernement insiste (sans succès) pour une baguette de pain à 125 fcfa

LE COFFRET

Ferdinand DEMBA
Ferdinand DEMBAhttp://www.insidenews241.com
Passionné de lettres et désormais de chiffres, Ferdinand DEMBA est le directeur de publication d’Inside News241. Journaliste de métier et de convictions, lui et son équipe sont au service d’une information objective, d’utilité publique et au service de la vérité.

Voilà une semaine que la baguette de pain classique est vendue à 150 fcfa au Gabon, et à Libreville en particulier. Entre les détaillants qui ont clairement majoré le prix de 25 fcfa, et ceux, plus nombreux, qui usent de supercherie en vendant des moitiés de baguettes à 75 fcfa (deux morceaux revenant à 150 fcfa), la hausse est bien présente. Et ce, en dépit des assurances gouvernementales de maintenir le prix de 125 fcfa.

Le 04 février dernier déjà, le premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda avait obtenu, disait-on, « un accord » avec les acteurs de la filière pour maintenir le prix de la baguette à inchangé. Que nenni !

Ce mercredi 9 février, c’était au tour du ministre du Commerce et sa collègue de l’Économie de rencontrer les différents acteurs de la filière farine, pour un communiqué final tout aussi plein d’espoir, mais sans réel impact sur le terrain. « Au terme de discussions âpres menées, un accord a été trouvé avec les producteurs de farine, les boulangers, les boutiquiers et associations de consommateurs pour préserver le pouvoir d’achat des Gabonais, et maintenir le prix du pain à 125 fcfa  à la boulangerie« , indique le communiqué du ministère du Commerce, des Petites et Moyennes Entreprises, des Petites et Moyennes Industries sanctionnant cette rencontre. En plus, cette fois-ci, d’avoir mis en place un numéro vert (8085) pour dénoncer les abus observés sur le marché.

Mais là encore, rien n’a bougé, et les prix n’ont pas changé dans les commerces depuis lors. Si certains détaillants craindront de revendre le pain à 150 fcfa, la supercherie des baguettes de 75 fcfa continue elle de plus belle.

De nombreux observateurs dénoncent par ailleurs les réactions « tardives » et « molles » du gouvernement dans ce dossier, alors que le sujet occupe l’actualité depuis une semaine. C’est le cas de Farrell O. , un Librevillois, qui a marqué son indignation :« Comme il y a eu beaucoup de réactions sur les réseaux, ils (le gouvernement, NDLR) ont craché quelques réponses évasives. En tout cas sans commentaire. C’est le pays. Chacun va se débrouiller comme il peut ici dehors ».

Enfin, l’on peut se demander si le gouvernement a vraiment les leviers pour imposer le tarif de 125 fcfa aux revendeurs de pains, quand on sait que c’est à ce prix qu’ils se procurent désormais la denrée auprès des boulangers (c’était à 110-115 fcfa auparavant), et que ces derniers se plaignent eux du sac de farine de blé dont le prix est récemment passé de 16.000 à 19.000 fcfa ? Les jours qui viennent nous diront un peu plus sur cette problématique.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Rentrée parlementaire : vie chère, présidentielle 2023, les voeux de Faustin Boukoubi

Après trois mois d'intercession, le Parlement gabonais, dont l'Assemblée nationale et le Sénat, a fait sa rentrée ce lundi...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x