Gabon : l’Exécutif s’autorise une hausse de son budget de fonctionnement de plus de 85 milliards de fcfa

LE COFFRET

Tout en promettant l’augmentation de la prise en charge de l’assurance maladie au profit des Gabonais Économiquement Faibles (GEF), le soutien aux prix des carburants et de la farine, poursuite des travaux de la Transgabonaise ou encore la poursuite de la prise en charge des coûts de restructuration des entreprises et établissements publics, le gouvernement s’est autorisé une belle augmentation de son budget de fonctionnement. En dépit des retombées d’une crise aux effets chaotiques sur notre économie, celui-ci vient de faire passer ses dépenses de fonctionnement de 1161,9 milliards de FCFA à 1247,2 milliards de fcfa. 

Déjà très au-dessus de la mêlée en comparaison à celles de certains pays de la sous-région, les dépenses de fonctionnement de l’Etat gabonais devraient connaître une véritable flambée au cours des prochaines semaines. Comme annoncé par le gouvernement au sortir du conseil des ministres du 7 juin dernier au cours duquel a été adopté le Projet de loi de finances rectificative 2022, ces dépenses qui regroupent essentiellement la rémunération du personnel administratif, les biens de consommation courante, les participations aux charges d’organismes extérieurs ou encore le paiement d’intérêts sur emprunts, devraient largement augmenter. 

Fixées à 1161,9 milliards de fcfa dans la Loi de finance initiale 2022, ces dépenses dont l’impact, positif, dans le quotidien des populations, peine à se faire ressentir, devraient ainsi bénéficier d’une hausse de plus de 85 milliards de fcfa soit près de 8% en plus. Plus étonnant que cette augmentation substantielle, la destination de ces fonds. En effet, selon le communiqué du gouvernement, les charges financières de la dette devraient s’établir à 330,1 milliards fcfa contre 316,9 milliards de fcfa dans la loi de finances initiale, soit une hausse d’à peine 13,2 milliards fcfa. Or, au regard du stock actuel de la dette publique, ce poste constitue une réelle priorité. 

Mieux encore, si l’on se fie au cadrage budgétaire réalisé par notre gouvernement, le montant alloué aux dépenses d’investissement devrait s’établir à 325,7 milliards fcfa contre un niveau de 326,5 milliards fcfa adopté initialement, soit une diminution de 0,25%. Quand on sait que la relance de notre économie comme celles de nombreux pays à travers le monde, passe essentiellement par l’investissement notamment public, difficile d’y voir clair. D’autant plus que les dépenses portant notamment sur le contentieux de l’État et les plans sociaux augmenteront de 10,7 milliards fcfa pour s’établir à près de 50 milliards de fcfa, quand celles relatives aux collectivités locales notamment s’élèveront à 96,1 milliards de fcfa, en hausse de 4,4 milliards fcfa.


Vous l’aurez donc compris, pour ce gouvernement, les priorités semblent ailleurs, loin des difficultés que rencontrent aujourd’hui les populations pour se loger décemment, se nourrir convenablement ou encore se sentir en sécurité, alors même que le président Ali Bongo Ondimba  promettait « une prospérité partagée ».

2 Commentaires

Laisser un commentaire

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Marathon Day : 44 kits scolaires offerts par Bolloré et Owendo Container Terminal à Moanda

Dans le cadre de leur politique RSE en faveur des populations locales, Bolloré Transport & Logistics Gabon et Owendo...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x