Gabon / transports terrestres : le retour aux tarifs d’avant Covid19 connaît des résistances

LE COFFRET

Une semaine après la levée des mesures restrictives liées à la Covid19 par le gouvernement, le secteur des transports, et celui des transports terrestres en particulier, se trouve dans un imbroglio, avec des taximen / clandomen qui persistent à facturer les trajets aux prix pratiqués durant la Covid19. Le nombre de passagers autorisés dans leurs véhicules et leur temps d’exercice ayant pourtant été rehaussés depuis lors par le gouvernement

Les transporteurs terrestres reviendront-ils enfin aux prix pratiqués avant la Covid19 ? Beaucoup d’entre eux font de la résistance en tout cas. C’est le constat qui se dégage au sortir de la première semaine de déconfinement du Grand Libreville notamment. Laquelle période n’a pas vu un retour mécanique des prix chez certains transporteurs. Habitude acquise ou calcul économique? Le premier argument semble l’emporter.

Des taxi-bus aux clandos, en passant par les  transports interurbains, bon nombre de trajets sont encore en mode Coronavirus. Entendez, à des coûts quasiment doublés.

Pourtant, en début de semaine, le patron du Syndicat des transporteurs terrestres du Gabon (Syltteg), Jean Robert Menie ( du reste candidat à la Présidentielle 2023), a invité le ministre des Transports à une communication spécifique à son champ de compétences. Ce que fera, dès le lendemain, le porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze, indiquant « la fin de la limitation du nombre de passagers dans les véhicules de transport urbain et sur-urbain qui avait été fixé à 9 passagers maximum dans les taxis-bus de 18 places plus le chauffeur, 3 passagers maximum dans les taxis et clando plus le chauffeur, 16 passagers assis et 7 passagers debout pour les autobus de 30 places, plus le chauffeur (…) ». 

Dans les heures qui ont suivies, le Syltteg a appelé les siens à revenir aux prix  post-Covid19 : « la première mesure gouvernementale concernait la réduction du nombre de places à bord des taxis, la deuxième concernait quant à elle la réduction du temps de travail par l’instauration d’un couvre-feu. Ces deux mesures étant clairement levées, il va donc falloir qu’on revienne au nombre de places initial. De manière mécanique, les augmentations des tarifs qui avaient été décidées tombent d’elles-mêmes, et nous allons y veiller », avait déclaré M. Menie.

Malheureusement, en dépit de ces clarifications, tout n’est pas encore rentré dans l’ordre dans ce secteur. Vivement que le message soit entendu de tous les transporteurs terrestres. Ceci pour éviter, dans les jours qui viennent, des situations hautement conflictuelles avec des clients.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Marathon Day : 44 kits scolaires offerts par Bolloré et Owendo Container Terminal à Moanda

Dans le cadre de leur politique RSE en faveur des populations locales, Bolloré Transport & Logistics Gabon et Owendo...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x