mercredi, juillet 24, 2024
More

    Enseignement supérieur : 16 215 places disponibles pour l’année académique 2024-2025 

    les plus consultés

    Ce samedi 06 juillet 2024, lors d’une conférence de presse tenue au Rectorat de l’université Omar Bongo, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique, Pr. Hervé Ndoume Essingone, a dévoilé une nouvelle cartographie des offres de formation et des capacités d’accueil pour l’année académique 2024-2025. Cette présentation, adressée aux hommes et aux femmes des médias, met en lumière les efforts constants du gouvernement pour améliorer le système éducatif supérieur au Gabon.

    Avec une année riche en nouveaux bacheliers – au nombre de 22 308 – le Pr. Hervé Ndoume Essingone a annoncé que les établissements publics d’enseignement supérieur disposent d’une capacité d’accueil de 16 215 places. Ce chiffre représente un taux d’absorption de 72,68 %, permettant donc d’accueillir plus de 70 % des nouveaux bacheliers dans ces établissements. Toutefois, il reste une pression importante avec une demande excédentaire d’environ 28 %, ce qui a poussé le gouvernement à prendre des mesures décisives.

    Création de nouveaux établissements et diversification des offres

    Pour répondre à cette demande et diversifier les opportunités d’études, trois nouveaux établissements ont été créés : le Centre universitaire provincial de l’Ogooué-Lolo (CUPOL), la Faculté de Médecine de l’Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) et la Faculté des Sciences de l’université Omar Bongo (UOB). Ces institutions viennent renforcer l’offre académique existante, en proposant des filières variées allant des sciences humaines aux sciences économiques, en passant par la santé et les sciences exactes. Petit bémol, la structure accueillant le CUPOL n’est autre que le lycée Paul Kouya de Koulamoutou qui a été sacrifié pour la cause. 

    « Ces initiatives impulsée par le Président de la Transition, Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Brice Clotaire Oligui Nguema visent à diversifier d’une part et d’autre part, renforcer les opportunités d’études supérieures dans le pays, tout en assurant une qualité d’enseignement élevée« , assure le Pr. Hervé Ndoume Essingone. Le ministre a insisté sur l’importance d’aligner les formations avec les besoins socioéconomiques du pays, afin de préparer les étudiants à un marché du travail en constante évolution.

    Pr. Hervé Ndoume Essingone, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’Innovation technologique. @DR

    Vers une éducation supérieure de qualité

    L’inauguration de ces nouveaux établissements et l’expansion des offres de formation témoignent de l’engagement du gouvernement à améliorer l’accessibilité et la qualité de l’éducation supérieure. Chaque établissement a été pensé pour offrir des infrastructures adéquates et des curriculums adaptés aux standards internationaux, visant à fournir aux étudiants une éducation de haut niveau et des compétences recherchées sur le marché du travail.

    Vue d’une partie des journalistes présents à la conférence de presse du ministre de l’Enseignement supérieur ce 6 juin 2024. @DR

    Le ministre a également mentionné l’importance de ces infrastructures dans l’orientation académique des nouveaux bacheliers, leur permettant de faire des choix informés et de maximiser leur potentiel académique et professionnel.

    Vue d’une partie des journalistes présents à la conférence de presse du ministre de l’Enseignement supérieur ce 6 juin 2024. @DR

    En somme, la cartographie des offres de formation pour l’année académique 2024-2025 représente une étape clé dans le développement de l’enseignement supérieur au Gabon. Grâce à l’expansion des capacités d’accueil et à la diversification des filières, le pays se dote des moyens nécessaires pour répondre aux aspirations de sa jeunesse et aux exigences du marché du travail. Le soutien gouvernemental et la création de nouveaux établissements démontrent une volonté ferme de transformer l’éducation supérieure en un levier de développement économique et social. Encore faut-il que les conditions d’enseignement et d’apprentissage soient réunies pour des résultats optimaux.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x