Gabon : présence militaire française, fcfa, famille Bongo… Gérard Ella Nguéma ne décolère pas

LE COFFRET

Après l’interdiction de sa marche contre la présence militaire française au Gabon, Gérard Ella Nguéma ne décolère toujours pas. A la faveur d’une conférence de presse tenue la semaine écoulée à Libreville, le leader de la 3ème voie a réitéré son aversion contre la Françafrique et ses corollaires que la présence de l’armée française au Gabon  l’usage du franc cfa, ou encore le maintien de la famille Bongo à la tête du Gabon. 

Convaincu que l’alternance politique au Gabon est empêchée par la France, et que les travers de la Françafrique sont à l’origine de notre sous-développement, Gérard Ella Nguéma rêve d’un Gabon plus indépendant de l’ancienne puissance coloniale. A la faveur de sa dernière rencontre avec la presse, l’opposant a à nouveau tiré sur le néocolonialisme français qu’il qualifie de « blocage majeur du développement » des pays de l’ancien pré carré. 

« (…)Chers compatriotes, le combat contre le néocolonialisme français, contre la présence militaire de la France en Afrique, contre le franc CFA, contre l’ingérence politique française qui fait que ce pays nous a imposés une famille depuis 55 ans à la tête du Gabon, ce combat, nous en sommes convaincus, constitue la lutte idéale contre laquelle nous devons unir nos forces. D’autres pays se sont affranchis de ce néocolonialisme français et ont façonné leurs destins », a estimé Gérard Ella Nguéma. Et de prendre en exemple des États comme le Vietnam, le Maroc, ou  l’Algérie qui repoussent chaque jour ce néocolonialisme, osent d’autres partenariats à l’international, et affichent un niveau de développement à des années lumières du Gabon.

Aussi, comme le Mali ou la Centrafrique qui « ont aussi compris depuis quelques mois que la France est leur plus gros problème », Gérard Ella Nguéma veut que la jeunesse gabonaise fasse sienne ce combat. Ce d’autant plus qu’il voit le Gabon comme la plus grande vache à lait de ce système de prédation. 

Évoquant l’actualité chaude, Gérard Ella Nguéma a fustigé la mort programmée de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), comme la Poste avant elle. La conséquence, dit-il, d’un management dépassé, et d’une vision politique déconnectée des réalités.

Enfin, le leader de la 3ème voie a eu quelques mots doux à l’endroit du porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze, qui a laissé entendre la semaine passée que l’opposition gabonaise n’avait aucun projet de société.

« Le perroquet du gouvernement doit cesser de prendre l’opposition pour des gens qui ne comprennent pas leur jeu. Alain-Claude Bilie By-Nze doit faire attention à ce qui pourrait arriver. Lui-même sait que ce  pouvoir ne lui fait pas confiance. Il peut utiliser tous ses talents oratoires, ça ne l’amènera nulle part. (…) Il risque de se retrouver un jour dos au mur et il n’aura personne pour le défendre », a-t-il indiqué.  

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Marathon Day : 44 kits scolaires offerts par Bolloré et Owendo Container Terminal à Moanda

Dans le cadre de leur politique RSE en faveur des populations locales, Bolloré Transport & Logistics Gabon et Owendo...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x