mardi, juillet 16, 2024
More

    Nestlé Gabon : les produits Guigoz victimes de la mercuriale ?

    les plus consultés

    Une session de travail importante s’est déroulée en fin de semaine dernière, entre le ministre de l’Économie et des Participations du Gabon, Mays Lloyd Mouissi, et Danièle Awaka, directrice générale de Nestlé Gabon Ltd. Au cœur de cette rencontre : la rentabilité préoccupante des produits de lait infantile Guigoz dans le contexte économique gabonais.

    Danièle Awaka a présenté une situation alarmante au ministre Mouissi. Les produits de la gamme Guigoz, bien que très demandés, ne génèrent plus de marge bénéficiaire depuis leur inclusion dans la mercuriale. La mercuriale, une initiative gouvernementale visant à fixer les prix plafonds des produits de première nécessité, vise à protéger les consommateurs contre la vie chère. Cependant, cette régulation a affecté la rentabilité de certains produits de Nestlé, créant un dilemme pour la firme internationale.

    Position du gouvernement de transition

    En sa qualité de ministre en charge des questions liées à la vie chère, Mays Lloyd Mouissi a été clair : il ne peut permettre une hausse des prix des produits présents dans la mercuriale. Le gouvernement de la Transition a déjà consenti un taux douanier de zéro pour les produits importés essentiels, incluant les laits infantiles, afin de maintenir leur accessibilité pour la population.

    Le ministre a réaffirmé que l’objectif premier de ces mesures est de protéger les consommateurs, particulièrement les familles vulnérables, contre la hausse du coût de la vie. Cette position inflexible souligne la priorité du gouvernement de garantir des prix abordables pour des produits de première nécessité.

    Controverse entourant Nestlé

    Cette discussion intervient dans un contexte plus vaste de controverses entourant Nestlé. En avril dernier, la compagnie faisait face à une critique majeure pour ses pratiques de formulation de produits destinés aux enfants dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Selon une enquête menée par Public Eye, une organisation suisse, Nestlé aurait inclus des sucres ajoutés, tels que le saccharose et le miel, dans ses produits pour bébés vendus en Afrique, en Asie et en Amérique latine. 

    Ces pratiques, affectant 94% des produits examinés dans ces régions, contrastent fortement avec les stratégies adoptées en Europe, où de tels ajouts sont absents des aliments pour bébés âgés de six mois à un an. Cette divergence soulève des questions éthiques concernant la santé des consommateurs dans les marchés moins réglementés. Sujet que n’a visiblement pas abordé le ministre de l’Economie et des Participations. 

    Implications et défis à venir

    Les discussions entre le ministère et Nestlé mettent en lumière une tension fondamentale entre les impératifs économiques des entreprises et les politiques publiques de protection des consommateurs. La régulation des prix, bien que bénéfique pour les consommateurs, pose un défi de rentabilité pour les entreprises qui opèrent sur des marges déjà serrées.

    Pour Nestlé, la question est de savoir comment maintenir la viabilité de ses opérations au Gabon tout en respectant les exigences locales. Pour le gouvernement gabonais, le défi consiste à préserver l’accessibilité des produits essentiels tout en encourageant l’engagement continu des entreprises dans l’économie locale.

    La séance de travail entre Mays Lloyd Mouissi et Danièle Awaka met en lumière les défis complexes liés à la régulation des prix et à la rentabilité des entreprises. Tandis que Nestlé cherche des solutions pour continuer à servir le marché gabonais de manière viable, le gouvernement reste déterminé à maintenir des prix abordables pour les produits de première nécessité. Les prochaines étapes seront cruciales pour trouver un équilibre juste et durable entre les besoins des consommateurs et les réalités économiques des entreprises.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x