Gabon / CNAMGS : gare à la dette de trop !

LE COFFRET

Si les mécanismes de collecte des fonds de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) dirigée par Séverin Anguilé sont clairs, la gestion de cet argent pose lui problème, tant la Caisse empile les dettes auprès des structures sanitaires du pays depuis maintenant trop d’années. Une triste réalité que le personnel de santé n’entend plus couver. 

Que se passe-t-il à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale pour que chaque année, cette assurance maladie peine à régler ses dettes auprès des structures sanitaires du pays ? La question est sur toutes les lèvres depuis le 5 mai dernier, date à laquelle le personnel de santé a décidé d’une nouvelle suspension des feuilles de soins CNAMGS. Ces derniers entendent ainsi contraindre la Caisse à régler les impayés vis-à-vis des hôpitaux. Mais les blouses blanches souhaitent par-dessus tout une meilleure gouvernance de cette structure étatique. Convaincues, comme plusieurs autres observateurs, que le mal de la CNAMGS vient non pas de ses mécanismes de collecte de fonds, mais d’une mauvaise gestion de l’argent collecté.  

A ce propos, alors que le ministre de la Santé, Dr. Guy Patrick Obiang Ndong faisait une ronde des hôpitaux samedi dernier pour apaiser la colère des soignants, l’un d’entre eux s’est permis ce commentaire : « On peut faire tous les colloques possibles, et toutes les conférences que l’on veut sur la  problématique de la CNAMGS, le problème reste le même. C’est celui de l’argent que vous nous coupez dans les salaires qui arrivent avec difficulté dans les structures sanitaires »

« La Cnamgs dit que les caisses sont vides. Parce que l’État ne rétrocède pas ce qu’on coupe aux fonctionnaires à la fin du mois », a ajouté un syndicaliste à sa suite. 

Ces soupçons de rétention de fonds (possibles détournements) pourraient, à en croire le leader syndical Pierre Mintsa, pousser les agents à refuser, désormais,  de se faire couper de l’argent pour le compte de la CNAMGS. 

La crainte est telle que plusieurs cliniques et pharmacies privées ne veulent plus des assurés CNAMGS, pour la simple et bonne raison que cette dernière peine à régler ses créances, et obère leur bon fonctionnement. 

Élément phare de la protection sociale au Gabon, la CNAMGS est prioritairement financée par 3 blocs de cotisants. Le fonds 1 est alimenté par les travailleurs du privé. Le fonds 2, est lui nourri par les agents publics. Le fonds 3, qui regroupe les Gabonais économiquement faibles (GEF), et celui qui fonctionne grâce à la solidarité nationale. Un fonds 4 destiné aux travailleurs indépendants et personnes hors catégories est actuellement en phase de création. Il semblerait que le fonds nourri par les agents publics soit celui qui pose le plus de problèmes à la CNAMGS. Nous y reviendrons.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Rentrée parlementaire : vie chère, présidentielle 2023, les voeux de Faustin Boukoubi

Après trois mois d'intercession, le Parlement gabonais, dont l'Assemblée nationale et le Sénat, a fait sa rentrée ce lundi...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x