mercredi, juillet 24, 2024
More

    Gabon : le chômage invisible ou quand les chiffres sont abandonnés pour manipuler l’opinion

    les plus consultés

    C’est un secret de Polichinelle que le Gabon manque cruellement de statistiques fiables dans plusieurs secteurs. Ce déficit de données a été soigneusement entretenu par le régime déchu d’Ali Bongo Ondimba, facilitant ainsi la manipulation de la population gabonaise. Une preuve alarmante de cette négligence est l’absence de données sur le chômage depuis 14 ans, une situation mise en lumière par l’émission « Les Grands Dossiers », diffusée dimanche soir sur Gabon 1ère.

    Lors de cette émission consacrée aux services du ministère du Travail et de la Lutte contre le Chômage, Jean-François Tomo Eyene, directeur général de l’Emploi, a révélé que le Gabon n’a pas collecté de données sur le chômage depuis 2010. Depuis lors, le pays s’appuie uniquement sur les estimations de la Banque mondiale pour obtenir une évaluation de l’état du chômage national. Lorsque l’on que le taux de chômage chez les jeunes est de 35%, ce n’est qu’une estimation qui cachent une situation plus grave.

    Abandon volontaire des données statistiques

    En effet, depuis plus d’une décennie, la gestion du chômage sous le régime d’Ali Bongo Ondimba a été lamentablement négligée. Cet abandon volontaire des données statistiques a eu des conséquences graves, notamment pour les jeunes diplômés qui, chaque année, se retrouvent sans perspectives d’avenir. Les richesses du pays ayant toujours été inégalement réparties, la lutte contre le chômage n’a été qu’une façade, privant ainsi les politiques de toute base factuelle pour des actions efficaces.

    Déficit de données ou manque de volonté politique ?

    En explorant la question lors de « Les Grands Dossiers », le directeur général de l’Emploi a rappelé que la dernière Enquête nationale sur l’emploi et le chômage datant de 2010, affichait un taux de chômage de 20,4% et un taux d’activité de 48%, avec 101 113 chômeurs enregistrés. Aujourd’hui, selon des estimations de la Banque mondiale, le chômage aurait grimpé à 38%.

    Ce manque de données officielles souligne un déficit alarmant de volonté politique. Face à ce constat, le directeur général de l’Emploi s’est engagé à lancer une nouvelle enquête nationale sur l’emploi et le chômage. Cette initiative est cruciale pour obtenir une cartographie précise du chômage et développer des stratégies adaptées aux besoins de la population.

    Cette enquête promet d’offrir une meilleure compréhension de la situation du chômage au Gabon, facilitant la mise en place de solutions efficaces. Sous Ali Bongo, la prétendue lutte contre le chômage se faisait sans même connaître l’ampleur du problème. Les gouvernements successifs de son régime ont agi à l’aveugle, se basant sur des affirmations sans fondement réel.

    Rectifier ce déficit de données

    Il est désormais impératif pour le Gabon de rectifier ce défaut majeur de gestion et de planification. En abordant sérieusement la question du chômage avec des données actuelles et fiables, le pays pourrait transformer cette crise en opportunité de progrès social et économique.

    En définitive, le déficit de données sur le chômage au Gabon est un indicateur frappant de la mauvaise gouvernance passée. Les initiatives actuelles pour remédier à cette situation doivent être soutenues et suivies de près pour assurer un avenir meilleur et plus équitable pour tous les Gabonais. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x