mercredi, juillet 24, 2024
More

    Sécurité alimentaire : un investissement de 58,6 milliards fcfa pour révolutionner l’agriculture au Gabon 

    les plus consultés

    Dans une initiative ambitieuse visant à renforcer l’autosuffisance alimentaire et à stimuler les exportations, le Gabon prévoit d’injecter 58,6 milliards fcfa dans son secteur agricole d’ici 2026. Cette somme, détaillée dans le Plan national de développement pour la Transition (PNDT), vise à transformer le paysage agricole gabonais, avec des projets stratégiques répartis sur trois ans.

    Seulement 3 milliards fcfa ont déjà été mobilisés, laissant un défi de taille pour les autorités : trouver les 55,6 milliards fcfa restants. Ces fonds devront provenir des ressources internes de l’État, de partenariats public-privé, ainsi que de financements internationaux (Finex).

    Restauration collective

    L’un des projets phares de ce plan est la restauration collective basée sur la production locale, englobant les cantines scolaires, les hôpitaux, les universités et même les institutions militaires. Cette initiative seule nécessitera 22,5 milliards fcfa. D’autres projets notables incluent la mise à disposition de zones agricoles à forte productivité (ZAP), la création de structures d’achat des récoltes, le développement de petites unités locales de transformation de produits agricoles, et le soutien à la plantation de cultures comme le café et le cacao.

    LIRE AUSSI : Gabon : le Premier ministre lance le Plan national de développement de la Transition (PNDT 2024-2026 

    Pour soutenir cette transformation, le Gabon prévoit également de consolider les structures existantes en introduisant un registre national des coopératives agricoles et en transformant les bassins agricoles avec des infrastructures de base telles que des routes, des écoles et des dispensaires. Un système de conseil agricole sera mis en place pour promouvoir les bonnes pratiques agricoles, appuyé par un fonds de développement agricole spécifique.

    Réduire la dépendance alimentaire

    L’objectif principal de ces initiatives est de réduire la dépendance alimentaire du pays. Actuellement, malgré ses 5,2 millions d’hectares de terres arables et un climat favorable avec une pluviométrie annuelle comprise entre 1450 et 4000 mm, le Gabon reste un importateur net de produits alimentaires, couvrant 60% de ses besoins par des importations. Le secteur agricole ne représente que 3,8% du PIB et emploie un faible pourcentage de la population rurale (6,7%).

    LIRE AUSSI : Sécurité alimentaire : les défis d’accès aux intrants freinent la production agricole au Gabon  

    Cette orientation vers une autosuffisance alimentaire et un développement économique via l’agriculture est cruciale. Le potentiel agricole inexploité du Gabon pourrait devenir une source majeure de croissance et de résilience économique, surtout en période de fluctuations des marchés mondiaux.

    En investissant dans son secteur agricole, le Gabon fait un pari audacieux. Mais la route est parsemée de défis, notamment en termes de mobilisation des fonds nécessaires et de mise en œuvre efficiente des projets. Les progrès réalisés dans les années à venir seront cruciaux pour déterminer si le Gabon peut transformer ses ambitions agricoles en une réalité durable et prospère pour ses citoyens.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x