L’argent passe de ceux qui ne le gèrent pas à ceux qui le gèrent

LE COFFRET

Jeanne Mintsa
Jeanne Mintsa
J.C.M. est une jeune Gabonaise diplômée en finance, passionnée d'écriture et de l'Afrique. Elle partage son temps entre des conseils en gestion de finances et l'entrepreneuriat.

C’est Dave Ramsey, auteur du best-seller « The Total Money Makeover : A Proven Plan for Financial Fitness », qui l’a dit. Commonwealth oblige, je ne vais pas traduire le titre de cet ouvrage. Pour gérer notre argent, nous devons observer deux règles simples : épargner et investir. L’épargne fait partie de notre quotidien. Ma mère aimait souvent me dire : « ne dépense pas tout ton argent, mets toujours un peu de côté, car on ne sait jamais ». 

Mais qu’est-ce que l’épargne ?

Selon Larousse, l’épargne est une « partie non consommée du revenu d’un agent économique, employée pour constituer un capital » ou une « action consistant à mettre en réserve une somme d’argent qu’on ne dépense pas ». Pour faire simple, l’épargne est la partie de notre revenu qui ne va pas dans les dépenses et est conservée pour un projet.

 Les experts en gestion financière s’accordent à dire qu’en réalité, il y a différents types d’épargne. Nous allons nous intéresser à deux d’entre eux :

–       L’épargne pour fonds d’urgence : c’est l’épargne qui est réservée pour une urgence.  Par exemple un licenciement, l’évacuation sanitaire, une maladie incurable. Il doit représenter environ 6 mois de notre revenu.

–       L’épargne pour investir : c’est l’épargne que nous utilisons pour nos différents projets d’investissement. Elle représente 20% au minimum de notre revenu ! Donc si vous gagnez 250.000 fcfa par mois, le montant de votre épargne devrait être de 50.000 fcfa au minimum.

C’est souvent courant de voir que les gens n’épargnent qu’après avoir dépensé. Après avoir fait les courses, toutes les dépenses, là ils se disent « ah ! le reste je vais mettre de côté ».                         

C’est une erreur. Car la bonne habitude est d’épargner avant de dépenser. En pratique, dès que l’on perçoit notre entrée d’argent (salaire ou recette), nous devons mettre l’argent de côté pour l’épargne en premier. C’est ce que les anglophones appellent « Pay Yourself First » ou en français « Paie-toi en premier ».

En effet, lorsque tu dépenses avant, tu n’es pas la première personne qui bénéficie de ton argent. Ton bailleur en bénéficiera avant toi, ton boutiquier ou épicier en bénéficiera avant toi, les taximen, les vendeurs, etc. Epargner avant veut dire que tu te fais d’abord du bien avant, tu te paies toi-même.

Les moyens d’épargner les plus récurrents que l’on retrouve au Gabon, sont :

–       Les tontines : un groupe d’amis ou de proches qui décident de se réunir régulièrement pour mettre leur épargne en commun. Chacun cotise une somme fixe, déterminée à l’avance. Par exemple, 10 personnes donnent 30.000 fcfa.

–       L’ouverture d’un compte d’épargne à la banque et prévoir un versement mensuel fixe ou variable selon l’objectif. 

L’épargne nécessite une certaine discipline, et il serait idéal de se fixer un montant d’épargne à atteindre chaque année. Par exemple décider d’épargner 1 million fcfa cette année. D’ailleurs, ma mère le fait depuis longtemps. Elle se fixe chaque année un montant, et fait des tontines et autres pour atteindre cet objectif. Elle reste focus dessus, sans se laisser distraire par quoi que ce soit.

Si tu es dispersé dans ton épargne, tu n’iras pas très loin. Si c’est facile pour toi de dépenser ce que tu as épargné, tu n’auras pas de stabilité financière.

L’épargne nourrit tes projets futurs, chaque fois que tu la dépenses, tu détruis une probable nouvelle source de revenus, donc d’épanouissement

La mentalité de pauvreté, c’est de penser qu’on pourra toujours épargner demain, alors que l’on peut commencer aujourd’hui.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Fermeture de GaboPrix Poste Akébé : le coup de com’ de la DGCC

Ce mercredi 28 septembre 2022, les internautes et autres observateurs de la vie économique du Gabon, ont assisté à...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x