lundi, juillet 22, 2024
More

    Fin des spéculations sur les 18% des Bongo dans l’actionnariat de Total Énergies Gabon ?

    les plus consultés

    L’émission “Les Grands Dossiers”, diffusée ce dimanche 7 juillet 2024 sur Gabon 1ère, a relancé le débat concernant les prétendues acquisitions de la famille Bongo dans Total Énergies Gabon. Le ministre du Pétrole et du Gaz, Marcel Abeke, a pris la parole pour clarifier le débat entourant les allégations de détention de 18% des parts par la famille Bongo.

    Selon Marcel Abeke, « La question des 18% peut être vue sous deux angles. Le premier, c’est 18% des recettes pétrolières de l’État, ou alors 18% de la Société Total Gabon. Sur l’organigramme de l’ancienne Elf, cela n’a rien à voir avec l’ensemble des recettes du Gabon, qui incluent les revenus de tous les opérateurs pétroliers du pays. »

    Transparence de la répartition des parts

    Cette déclaration met en lumière l’écart entre les assertions médiatiques et la réalité économique. Marcel Abeke souligne que les recettes du Gabon ne réservent aucun pourcentage spécifique à la famille Bongo, contredisant ainsi les rumeurs circulant dans le pays depuis plusieurs années. Un débat qui a été ravivé par le documentaire de France 2 en 2017.

    Jacqueline Bignoumba, présidente de l’Union pétrolière gabonaise (UPGA), a corroboré ces propos du ministre en soulignant que la cotation de Total Énergies Gabon à la Bourse de Paris permet une vérification transparente de la répartition des parts, réfutant ainsi toute implication des Bongo à hauteur de 18%.

    Une enquête parlementaire

    Malgré ces éclaircissements, les doutes subsistent quant aux implications passées de la famille présidentielle dans le secteur. Une enquête parlementaire exhaustive pourrait s’avérer nécessaire pour apporter une véritable transparence et dissiper toute confusion résiduelle chez les Gabonais.

    Pourtant, l’arrêt de la Cour d’appel de Paris de février 2022 mettait en lumière l’origine douteuse de cette « fortune immense » attribuée à la famille Bongo. “Les fonds détournés de manière illégale des finances publiques et les pots-de-vin provenant de sociétés pétrolières telles que Elf Aquitaine, qui a évolué pour devenir TotalEnergies, soulèvent des préoccupations sérieuses quant à l’éthique et à la légitimité de cette richesse accumulée”, rappelait un article de Le Monde Afrique en 2022.

    Des pratiques illégales

    Des révélations particulièrement troublantes, car elles pointent du doigt des pratiques illégales et corrompues au sein des sphères politiques et économiques du pays longtemps dissimulées par des politiques et des députés complices sous l’ancien régime. L’implication des sociétés pétrolières renommées dans ces pratiques souligne l’importance de lutter contre la corruption et de renforcer les mécanismes de contrôle et de transparence pour garantir une gouvernance saine et intègre.

    Cet épisode soulève donc des questions essentielles sur la vérité derrière l’actionnariat ou la gestion financière de Total Énergies Gabon sous l’ancien régime, mettant en lumière la nécessité d’une investigation approfondie pour séparer les faits des suppositions et garantir une transparence totale dans le secteur énergétique du pays.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x