mercredi, juillet 24, 2024
More

    Dialogue national inclusif : nouveau départ pour le Gabon ou mutation de l’ancien régime ?

    les plus consultés

    Ferdinand DEMBA
    Ferdinand DEMBAhttp://www.insidenews241.com
    Passionné de lettres et désormais de chiffres, FD est le directeur de publication d’Inside News241. Journaliste de métier et de convictions, lui et son équipe sont au service d’une information objective, d’utilité publique et au service de la vérité.

    Depuis le 2 avril dernier, le Gabon organise un Dialogue national inclusif (DNI) historique qui aspire à refonder une nation divisée et à restaurer la dignité de son peuple. Ce grand rassemblement, marquant la fin d’une époque politique tumultueuse qui prendra officiellement fin ce 30 avril, s’est déroulé sous la direction de figures emblématiques, dont Murielle Minkoué épse Mintsa, la ministre de la Réforme des Institutions et rapporteur général du DNI. Son discours de clôture le samedi 27 avril ne fut pas seulement un moment de gratitude mais aussi une réitération de l’engagement vers un Gabon prospère, inclusif et uni.

    Contexte de crise et réponse nationale

    Le coup d’État survenu dans la nuit du 29 au 30 août 2023 a arraché le Gabon à un régime oppressif et autoritaire, voire « dictatorial et sanguinaire ». Le général Brice Clotaire Oligui Nguema à la tête du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), désigné président de la transition, s’est immédiatement engagé à redéfinir les fondations du pouvoir politique du pays. Dans cette quête de légitimation et de stabilisation, l’initiative d’un Dialogue national inclusif a été annoncée, symbolisant un pont vers la démocratie et la réconciliation nationale.

    Déroulement et participation au dialogue

    Le Dialogue national inclusif a capté l’attention et l’engagement de diverses couches de la société gabonaise. De nombreuses voix ont dénoncé le choix subjectif des participants, puisque ne reposant sur aucun critère objectif qui aurait pu être présenté à la population. D’autres ont réfuté le caractère inclusif, en dénonçant un rassemblement entre “copains et coquins”. Certains parlent même de mutation de l’ancien régime.

    LIRE AUSSI : Transition : quel avenir pour le Gabon ? 

    Pourtant, avec 680 participants comprenant des commissaires, des experts et des citoyens engagés, le dialogue national inclusif d’Angondjé a abordé des problèmes politiques, sociaux et économiques à travers trois commissions principales subdivisées en douze sous-commissions. C’est une première au Gabon. Jamais autant de Gabonais ne s’étaient réunis autour de la même table pour discuter des problèmes du pays, afin d’y apporter des solutions concrètes. Surtout, jamais il n’avait été demandé à la population de proposer elle-même des solutions pour ses problèmes. Ce large éventail de voix a été crucial pour aborder la complexité des défis du Gabon et pour majorer l’inclusivité du processus.

    Synthèse des contributions et innovations

    Les contributions des citoyens, collectées via la plateforme MBOVA (dialogue en langue “ghepipinzi” ou apindji, ndlr) et les canaux traditionnels, ont été essentielles. Les débats se sont concentrés sur des propositions concrètes pour améliorer les conditions de vie, renforcer la gouvernance et assurer l’équité sociale. L’ambition était claire : transformer ces propositions en actions législatives et politiques qui reflètent les aspirations du peuple gabonais à une justice sociale et à un développement équilibré.

    LIRE AUSSI : Dialogue national inclusif : l’illusion d’une démocratie réinventée ? 

    Implication et espoirs pour l’avenir

    Les résultats du Dialogue national inclusif, bien que critiquables à bien des égards, ne constituent qu’une première étape dans le long processus de guérison et de reconstruction nationale. Le vrai test sera la mise en œuvre effective des recommandations . Puis l’adoption de réformes qui garantiront une distribution équitable des ressources et un respect accru des droits civiques. Encore faut-il que l’on sache exactement ce qui a été retenu. Pour le moment, la presse n’a pas eu accès au rapport final de ces assises. Lequel sera remis au président de la transition ce mardi 30 avril 2024. « Il nous appartient donc, au sortir de ce Dialogue National
    Inclusif, de se mobiliser tous, comme un seul homme, afin de rendre palpable ce qui apparaissait, il y a encore
    quelques semaines, comme un coup d’épée de plus dans l’eau
    « , a conclu Murielle Minkoué Mezui épse Mintsa, rapporteur général du DNI.9

    En définitive, le Dialogue national inclusif du Gabon représente un espoir renouvelé pour un pays à la recherche de son identité et de sa stabilité post-transition. Sous la vigilance de ses leaders et la participation active de ses citoyens, le Gabon peut espérer se rebâtir sur des fondations de transparence, de respect et de prospérité partagée. Toutefois, l’unité et la persévérance continueront d’être cruciales pour réaliser le rêve d’un Gabon nouveau et respecté, conforme aux aspirations de ses fondateurs et de sa population. Transparence, respect et prospérité partagée, un triptyque que le peuple devra imposer aux dirigeants de la Transition s’il veut vivre réellement libre. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x