mardi, juillet 16, 2024
More

    Gabon : l’Union européenne confirme son soutien stratégique à la transition 

    les plus consultés

    Le processus de transition au Gabon se poursuit en respectant le calendrier établi, un arriéré essentiel reconnu lors de l’audience entre Cécile Abadie, ambassadrice de l’Union européenne (UE) au Gabon, Giovanni Squadrito, Chef d’équipe régional au Service des instruments de politique étrangère pour l’Afrique de l’Ouest et Lac Tchad, et le ministre de la Réforme des institutions, Murielle Minkoué ép. Mintsa, le 13 juin dernier. Cet entretien crucial a permis de réaffirmer le désir de l’UE d’accompagner le Gabon dans sa transition politique tout en respectant la souveraineté et les spécificités endogènes du pays.

    L’entretien a souligné que les travaux du Comité constitutionnel national sont finalisés dans les délais impartis et que le projet de Constitution sera soumis à référendum d’ici la fin de l’année, conformément à l’agenda du Comité de transition pour la restauration des institutions (CTRI). Cet avancement notable témoigne de l’engagement des autorités gabonaises à respecter le chronogramme établi pour une transition pacifique et organisée.

    Engagement de l’UE : soutien et respect de la souveraineté

    L’ambassadrice Cécile Abadie a exprimé le désir de l’UE de soutenir le Gabon, notamment en fournissant une expertise pointue tout en respectant l’aspect endogène de la transition. L’UE cherche à identifier les besoins spécifiques du gouvernement gabonais pour offrir une assistance non intrusive et adaptée. Ce soutien est basé sur deux axes principaux : la conformité au chronogramme de la transition et l’implication de tous les acteurs de la société gabonaise.

    Autonomie et expertise locale

    Murielle Minkoué ép. Mintsa a précisé que jusqu’à présent, le Gabon n’a pas sollicité d’expertise extérieure pour les préparatifs du Dialogue national inclusif (DNI), de l’organisation du dialogue ou de la rédaction du projet de Constitution. Toutefois, pour les étapes futures, l’apport d’organismes internationaux comme l’Union africaine, l’UE, et les Nations unies pourrait être envisageable.

    Vers un référendum inclusif et transparent ?

    C’est en tout cas ce que souhaite le ministre de la Réforme des Institutions. La discussion a également abordé les préparatifs du référendum et la possibilité de missions d’observation internationale, y compris celle de l’UE. Le ministre a indiqué que le moment venu, les institutions de la Transition, notamment le CTRI, décideront de la nécessité d’un accompagnement international pour ces étapes cruciales.

    En définitive, la transition au Gabon se déroule selon le chronogramme annoncé, avec un projet de Constitution bientôt soumis à référendum. L’Union européenne réitère son soutien, assurant un accompagnement respectueux de la souveraineté gabonaise. L’implication de tous les acteurs locaux et le maintien du calendrier sont les fondations d’une transition réussie, selon les partenaires du Gabon.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x