Gabon : à 18 mois de la Présidentielle, le PDG se met en ordre de bataille

LE COFFRET

C’est ainsi que l’on peut traduire les changements apportés mercredi dernier au niveau des instances du parti, avec l’arrivée d’un nouveau secrétaire général, et l’incorporation des anciens cadres des partis récemment absorbés par le PDG. D’ailleurs le parti célèbre son 54ème anniversaire ce 12 mars 2022 aux Jardins botaniques.

Après le gouvernement la veille, le Parti démocratique gabonais (PDG) a vu ses instances décisionnelles réaménagées le 08 mars dernier, avec, entre autres, l’arrivée d’un nouveau secrétaire général, en la personne de Steeve Nzegho Dieko. Universitaire âgée d’une quarantaine d’années, l’homme succède à Eric Dodo Bouguendza,  et aura la charge de poursuivre le chantier de la Régénération  et de la Revitalisation impulsé par son prédécesseur. Le changement à ce poste était  d’ailleurs attendu, après qu’Éric Dodo Bouguendza ait été nommé Haut commissaire de la République (lors du conseil des ministres du 04 mars 2022), une fonction vraisemblablement incompatible avec celle qu’il assurait au PDG.

Si l’organigramme du parti reste globalement inchangé, avec l’UJPDG ( Union des Jeunes du Parti démocratique gabonais) et l’UFPDG ( Union des Femmes du Parti démocratique gabonais) qui ne changent pas de tête (Axel Jesson Ayenoue et Chantal Mebaley sont maintenus respectivement à la tête de ces deux organes du parti),  on note tout de même l’insertion  des anciens cadres des partis de la majorité et de l’opposition qui ont récemment fusionné dans le PDG.  C’est le cas de Patrick Eyogo Edzang, de l’ex Démocratie Nouvelle (DN),  qui s’est vu nommé Secrétaire général adjoint 5, chargé des Relations avec les partenaires politiques. Toute chose qui confirme la tendance à l’ancrage de ces néo-Pdgistes, comme ils l’ont exprimé la semaine écoulée, au moment où ils démentaient les envies d’ailleurs de leur leader René Ndemezo’o Obiang. On peut également citer la nomination de Juste Louangou Bouyomeka, ancien patron du SDG ( les Sociaux-Démocrates Gabonais), désormais membre du Bureau politique PDG à Mbigou (Ngounié). 

Dans le même élan, l’on évoquera Frédéric Massavala Mboumba, opposant virulent à Ali Bongo Ondimba lors de la Présidentielle de 2016  et ancien allié du leader et candidat unique de l’opposition Jean Ping, converti en porte-parole du PDG, aux côtés des expérimentés Germain Ngoyo Moussavou, ou encore David Ella Minsta.

Autre fait que l’on peut relever, c’est le maintien de Noureddin Bongo Valentin comme Conseiller stratégique du président du PDG, Ali Bongo Ondimba. Déjà proche collaborateur du président de la République, il le demeurera  dans le cadre du PDG. 

En définitive, cette mue du PDG apparaît comme une des dernières retouches avant les joutes électorales qui pointent à l’horizon (Présidentielle, Législatives, et Locales de 2023). Une mise en ordre de bataille qui rejoint, dans une certaine mesure, les aménagements opérés au Haut-commissariat de la République, et même au gouvernement. Avec la nomination par Ali Bongo Ondimba de nombreux opposants de 2016, tels que Jean Eyeghe Ndong, Frédéric Massavala, Norbert Diramba et Jean Pierre Doukaga Kassa (du parti Les Démocrates). D’ailleurs l’organisation avec faste du 54ème anniversaire du PDG , avec un concert  à l’appui aux Jardins botaniques en dit long sur les ambitions à venir du parti de masse sur les prochaines échéances électorales.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x