mardi, mai 21, 2024
More

    Retrait stratégique ou crise sanitaire : AstraZeneca face au dilemme de Vaxzevria

    les plus consultés

    Dans une décision qui a surpris le monde occidental, AstraZeneca, géant pharmaceutique britannique, a annoncé le retrait de son vaccin contre le Covid-19, Vaxzevria. Mis en avant comme l’une des premières solutions durant la pandémie de 2019 à 2022 au moins, Vaxzevria n’est plus disponible sur le marché, officiellement pour des raisons commerciales liées à un surplus global de vaccins aptes à combattre les variants du virus.

    La firme a expliqué que la multiplicité des vaccins disponibles et la baisse conséquente de la demande ont considérablement réduit l’intérêt commercial pour Vaxzevria. Ceci survient dans un contexte où la technologie à vecteurs viraux, bien que prouvée, fait face à la concurrence féroce des vaccins à ARN messager réputés pour leur efficacité rapide.

    Cependant, un autre angle reporté par The Telegraph, journal britannique, apporte une dimension plus troublante à cette histoire. Pour la première fois fin avril dernier, des documents judiciaires ont révélé qu’AstraZeneca avait admis que Vaxzevria pourrait provoquer un effet secondaire rare mais dangereux. Peu après, la firme a volontairement retiré son autorisation de mise sur le marché dans l’Union européenne, une démarche devenue effective début mai.

    Il est crucial de mettre ces informations en parallèle avec la révélation d’études qui ont identifié un lien entre le vaccin et des cas extrêmement rares de thrombose accompagnée de thrombocytopénie (TTS), une condition grave causant des caillots sanguins et une diminution des plaquettes. Bien que ces cas restent rares, ils ont eu un impact significatif avec au moins 81 décès signalés au Royaume-Uni, ainsi que des centaines de blessures graves, alimentant ainsi un contentieux juridique grandissant vis-à-vis de AstraZeneca.

    Néanmoins, il est important de contextualiser l’impact global du vaccin. Vaxzevria a été un élément clé dans la lutte contre la pandémie, avec plus de trois milliards de doses distribuées à travers le monde et une estimation de plus de 6,5 millions de vies sauvées au cours de sa première année d’utilisation, selon les chiffres officiels. 

    Le retrait de Vaxzevria soulève une multitude de questions sur l’équilibre entre efficacité et sécurité, ainsi que sur les stratégies des entreprises pharmaceutiques dans la gestion des crises sanitaires. Cela met également en lumière les défis de communication et les pressions juridiques auxquelles les fabricants de médicaments sont soumis en périodes de crise. Ce développement pourrait inciter les régulateurs et le public à réexaminer les protocoles d’approbation et de surveillance des vaccins, dans un effort pour mieux balancer les bénéfices contre les risques possibles.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x