Technologie : plus de 30 000 suppressions d’emplois en moins de deux ans

LE COFFRET

La descente aux enfers des géants américains se poursuit. Après les licenciements annoncés en 2022 par Twitter d’Elon Musk, Meta de Mark Zuckerberg et Snapchat, c’est au tour d’Amazon de Jeff Bezos d’annoncer la suppression de plus de 18 000 postes en 2023 aux États-Unis et en Europe. Portant le nombre de suppression de postes à plus de 30 000 dans le secteur dans le pays de l’Oncle Sam, en moins de deux ans. 

2023 commence très mal pour des milliers de familles américaines et européennes. En cause, l’annonce de la plus importante vague de licenciements du géant du commerce électronique Amazon. De 10 000 personnes annoncées en novembre 2022, la suppression des postes à Amazon est quasiment passée au double. Ce sont désormais plus de 18 000 postes qui seront finalement supprimés, a annoncé ce 04 janvier Andy Jassy, directeur général du géant américain.

Apparemment, ces suppressions seraient inévitables. Selon la direction générale, le plan de licenciement mis en place est nécessaire. « L’examen de notre planification annuelle a été plus difficile cette année compte tenu de l’incertitude économique et du fait que nous avons embauché massivement au cours des dernières années », a affirmé Amazon dans un message publié sur le site du groupe. Une situation inédite dans l’histoire d’Amazon, qui compte plus de 1,54 million d’employés dans le monde. Cela confirme les difficultés que traverse le secteur de la technologie aux Etats-Unis. 

Pour l’heure, aucune précision sur la répartition de ces suppressions d’emplois n’a été apportée par l’entreprise de Jeff Bezos. Une chose est certaine, cette annonce précipitée n’était pas prévue pour ce début d’année. Selon Andy Jassy, un employé aurait fait fuiter l’annonce. D’où la décision de l’entreprise de communiquer rapidement, afin d’éviter une autre crise.

Le secteur de la tech américaine en difficulté ?

La période post-covid-19 a été rude avec les entreprises américaines de la tech. En 2022, plusieurs entreprises du secteur ont dû se séparer de leurs employés. Une situation qui s’expliquerait par les coupes budgétaires des annonceurs sur la publicité. Avec un modèle économique fondé sur la publicité, les entreprises du secteur paient le prix de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt. 

Parmi elles, Meta, l’entreprise de Mark Zuckerberg et maison mère de Facebook, qui a annoncé en novembre 2022 la suppression de 13% de son effectif, soit 11 000 postes. Un plan de licenciement qui aurait été précipité en partie à cause de l’échec du Metavers. 

Dans la foulée, c’est Snapchat qui emboîtait le pas à Meta, en annonçant fin août 2022, la suppression de près de 20% de ses effectifs, soit 1 200 postes.

Twitter qui enchaînait les polémiques sur son rachat par Elon Musk, a dû annoncer le licenciement de près de la moitié de ses 7 500 employés en octobre 2022. L’entreprise désormais propriété du milliardaire Elon Musk a d’ailleurs informé ses utilisateurs de plusieurs changements à venir sur la plate-forme pour sa rentabilité future. 

Et comme si cela ne suffisait pas, en milieu de semaine et avant Amazon, le groupe informatique américain Salesforce a annoncé la suppression d’environ 10% de ses salariés. L’entreprise spécialisée dans les solutions de gestion et dans le cloud devra se séparer de près de 8 000 personnes dès 2023.

Un retour à la normale est-il possible ?

Si l’on s’en tient au succès d’Amazon entre 2020 et 2022 où le géant du commerce en ligne a d’ailleurs multiplié ses effectifs, tout n’est peut-être pas perdu. D’ailleurs, le groupe tient à rassurer. « Amazon a résisté à des économies incertaines et difficiles dans le passé, et nous continuerons à le faire« , assure Andy Jassy, directeur général du groupe. Et d’ajouter : « ces changements nous aideront à poursuivre nos opportunités à long terme avec une structure de coûts plus solide. Les entreprises qui durent longtemps passent par différentes phases. Elles ne sont pas en mode d’expansion massive de personnel chaque année« .

En revanche, la conjoncture actuelle semble jouer contre les entreprises du numérique et de la distribution en ligne spécifiquement. Il faut souligner que la valeur boursière d’Amazon s’est réduite de moitié en 18 mois. L’entreprise de Jeff Bezos a enregistré une perte de 3 milliards de dollars lors des neuf derniers mois de l’année 2022, alors qu’à la même période l’année précédente, elle enregistrait 19 milliards de dollars de bénéfices net.

La présentation des résultats annuels du groupe le 1er février prochain nous édifiera sur sa situation financière.

Avec Challenges.fr et France TV 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Rapport EIU 2022 : le Gabon parmi les « Régimes autoritaires » en Afrique ?

Selon la dernière édition de l’indice de démocratie de l’Economist Intelligence Unit (EIU), rendu public le 6 février dernier,...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x