Grande Bretagne : face à l’échec de sa politique sociale et économique, Liz Truss démissionne

LE COFFRET

Ferdinand DEMBA
Ferdinand DEMBAhttp://www.insidenews241.com
Passionné de lettres et désormais de chiffres, Ferdinand DEMBA est le directeur de publication d’Inside News241. Journaliste de métier et de convictions, lui et son équipe sont au service d’une information objective, d’utilité publique et au service de la vérité.

Arrivée au pouvoir le 6 septembre dernier, Liz Truss, cheffe du gouvernement britannique a démissionné ce jeudi 20 octobre. Après avoir plongé son pays dans un « chaos » politique et financier, celle dont le passage éclair au 10 Downing Street fut le plus court de l’histoire, n’aura pas pu résister à la pression, à l’inverse d’une Rose Christiane Ossouka Raponda, qui au Gabon, malgré des échecs répétés et des détournements révélés par des rapports d’audits, ne bronche pas. 

44 jours. C’est le temps qu’aura passé Liz Truss au 10 Downing Street. A l’heure où le Gabon voyait son drapeau flotter à Marlborough House, la cheffe du gouvernement britannique rangeait ses cartons au terme du mandat le plus court de l’histoire de la Grande Bretagne. Celle qui avait succédé à son mentor, Boris Johnson, et qui avait été élu avec une courte avance face à l’ex-ministre des Finances Rishi Sunak à la tête des conservateurs, et qui se rêvait en nouvelle « Dame de Fer » du Royaume-Uni n’aura finalement pas fait long feu. 

En effet, après avoir plongé son pays dans un « chaos » politique et financier à l’image de son homologue du Gabon, Rose Christiane Ossouka Raponda, Liz Truss a été poussé vers la sortie. Une sortie peu glorieuse puisqu’elle laisse derrière elle, une inflation grandissante et une flambée des prix de l’énergie sans précédent. Tentant avant sa sortie de mettre en place avec son ministre des Finances Kwasi Kwarteng, un « mini-budget » pour relancer la croissance, la désormais ex-Première ministre n’aura fait que créer la panique dans les marchés. 

Victime des imposants lobbys financiers à peine quelques jours après l’annonce de ce plan qui avait fait plonger la Livre Sterling à un niveau historique, Liz Truss n’aura donc eu d’autre choix que de céder son fauteuil. Au contraire d’une Ossouka Raponda tout aussi loin du compte et qui multiplie les débâcles plongeant un peu plus le pays dans un marasme socio-économique, et qui se refuse jusque-là à démissionner malgré des échecs répétés, Elizabeth Truss aura eu le mérite de reconnaître son échec. Une leçon que devra très vite apprendre l’exécutif gabonais, qui a assisté il y a moins de 48 heures, à la levée du drapeau vert jaune bleu à Marlborough House. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Congrès provinciaux du PDG : des appels à la candidature d’Ali Bongo en 2023

Ces congrès se sont déroulés dans une ferveur et une mobilisation que les militants du PDG entendent maintenir jusqu'aux...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x