samedi, avril 13, 2024
More

    Concertation politique : le Comité de suivi se réunira dorénavant une fois par semaine

    les plus consultés

    A l’issue d’une séance de travail ténue le 27 avril 2023 à la Primature, le Premier ministre, Alain-Claude Bilie-By-Nze et le Comité paritaire de suivi des recommandations de la concertation politique de février 2023 ont décidé de se retrouver dorénavant une fois par semaine, afin de mener à bien la tâche qui leur avait été assignée lors de la dernière concertation politique de mars.

    Il faut dire que lors de cette rencontre, il était en effet question d’étudier le chronogramme des sujets qui étaient restés en suspens lors de la concertation politique de mars dernier, dans l’optique de voir comment les aborder et dans quel ordre, puis d’arrêter un calendrier de travail.

    Pour ce qui est de la fréquence des séances de travail, ils ont convenu de se rencontrer tous les mardis. Aimé Mfoula-Nghanguy, co-rapporteur pour la majorité, explique que cette décision tient compte de l’urgence liée à l’organisation des scrutins dans les prochains mois. 

    Ce groupe de travail paritaire Majorité-Opposition, sera chargé, durant ces séances, d’évaluer les coûts et la durée de l’extension de la biométrie sur l’ensemble du processus électoral ; du statut de l’Opposition devant favoriser la modernisation du modèle de la démocratie gabonaise, à partir du projet de texte versé au débat par le groupement des partis de l’Opposition ;

    Il devra discuter du redécoupage électoral et administratif devant assurer, outre les critères démographiques, un meilleur équilibre des territoires ; de l’examen de réformes relatives au Conseil national de la démocratie et au le Centre gabonais des élections ; de l’étude des conditions d’annulation des frais du contentieux électoral exigés par la Cour constitutionnelle et la réparation des erreurs matérielles par elle, de la problématique du financement des parties politiques et leurs réformes. 

    Le groupe de travail devra par ailleurs parler de la possibilité pour les citoyens-électeurs de s’inscrire en tous lieux du territoire, à l’instar de ce qui se fait déjà pour la radiation ; de l’assouplissement des conditions d’organisation des réunions publiques par la modification des textes législatifs et réglementaires y relatifs ; de la possibilité d’introduire une dose de proportionnelle dans l’élection des parlementaires ;

    Ils décideront aussi des mesures d’apaisement, notamment par la prise des décisions administratives au bénéfice des compatriotes qui en exprimeraient le souhait, en dehors ou à l’intérieur du territoire national ; l’adoption du scrutin à un tour pour toutes les élections et se pencheront enfin sur la question de l’indemnisation des victimes des violences postélectorales de 2016.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x