Conseil des ministres du 07 juin 2022 : Sports, Cnss et Cnamgs en sursis

LE COFFRET

Alors que ces trois entités sont empêtrées dans des problématiques diverses mais tenaces,  il ne serait pas surprenant de voir le Conseil des ministres prononcer des changements à leur tête. Au ministère des Sports notamment, la rupture semble consommée entre Franck Nguéma, les populations, et même les footballeurs de l’équipe nationale, après les récentes péripéties des Panthères à Paris, Barcelone et Kinshasa.

Un Conseil des ministres se tient ce mardi 7 juin à Libreville autour du président Ali Bongo Ondimba. Si cette instance fait partie de la gestion normale d’une nation, sa tenue en ce jour revêt un cachet particulier, au moment où des problèmes de gestion se font particulièrement ressentir dans trois secteurs : au ministère des Sports, avec les récentes galères des Panthères de football, à la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS)et à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS), deux entités en proie à la  malgouverance et au risque de liquidation. Il ne serait donc pas étonnant que le Conseil des ministres du jour annonce des changements au sujet de ces entités. Changement de tête, ou de fonctionnement. 

D’abord aux Sports. Le dernier regroupement des Panthères à Paris (France)  préparant le match contre la RDC a fini de convaincre les derniers sceptiques « du pilotage à vue » (pour reprendre l’expression du capitaine Écuele Manga) qui a cours à la tête de la sélection nationale de football. La problématique  est si profonde que notre équipe nationale a tout bonnement frôlé un crash d’avion ! L’appareil low-coast loué par le ministre des Sports Franck Nguéma (dont c’est loin d’être le rôle) a eu des soucis techniques qui l’ont contraint à atterrir en urgence à Barcelone (Espagne). 

Comme si cela ne suffisait pas, ramener ce beau monde à Kinshasa et tenir le match en temps et en heure a été d’un micmac organisationnel si nul qu’il en restera dans les annales du sport gabonais. Et en  dépit de la victoire du Onze national, cet épisode aura été la goutte d’eau de trop pour les sportifs comme pour la population,  visiblement lassés de ces approximations (l’on a encore en mémoire les scandales de la CAN au Cameroun). Tous appellent au retour à l’ordre au sein de ce département ministériel. Sinon, à l’éviction de son premier responsable, le ministre Franck Nguéma. 

À la CNSS de Patrick Ossi Okori et à la CNAMGS de Séverin Anguilé, la situation est aussi explosive. Face à la quasi banqueroute de ces fleurons de la politique sociale du Gabon, le chef de l’Etat a, le 27 mai dernier, enjoint les responsables des deux Caisses, ainsi que les ministres du Budget et de la Santé à payer ce qui doit l’être aux hôpitaux, aux salariés et aux retraités, afin de faire cesser tout dysfonctionnement au sein de ces structures. Près de deux semaines plus tard, le curseur n’a pas beaucoup bougé.

A la CNSS, les syndicats-maison maintiennent toujours l’idée d’une grève imminente, quand les retraités doutent, eux, de la date annoncée du 10 juin comme début du paiement des pensions et rentes du 2ème trimestre 2022. 

À l’allure où vont les choses, ces responsables politiques et administratifs sont bien partis pour faire mentir le président Ali Bongo Ondimba, qui a laissé comprendre que les choses allaient désormais rentrer dans l’ordre. Il ne serait pas étonnant, là non plus, que cette inaction emporte des têtes. Même si au sujet des deux Caisses, le mal va au-delà du simple changement des directeurs.  

 Il ne reste plus que quelques heures avant que le Conseil des ministres de ce 7 juin ne livre son compte-rendu. A ce qui semble, il sera très attendu dans les secteurs des Sports, de la CNSS et de la CNAMGS.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Culture/Nuit Des Talents : comme un air de pré-campagne ?

16 ans après la disparition des Balafon Gabon Music, les acteurs culturels ont à nouveau eu droit à une...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x