Gabon : 22 milliards de fcfa pour un palais des Sports transformé en hôpital de fortune 

LE COFFRET

Inauguré le 16 janvier 2018 par le Président de la République Ali Bongo Ondimba, alors même que le pays était en déficit aussi bien d’écoles que de centres de santé aux normes, le nouveau Palais des sports est l’un des symboles d’une décennie d’investissements peu judicieux. Et pour cause, fruit d’un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais et la société chinoise China State Construction Engineering Corporation (CSCEC), en collaboration avec la Société gabonaise nouvelle générale d’études (SNGE), cet édifice a depuis été transformé en hôpital de fortune sous la pression d’une pandémie de covid-19 qui a révélé les faiblesses de notre système sanitaire. 

Construit sur une surface totale de 15.220 m² dont 8.000 m² de jeux, pour une capacité d’accueil de 5.358 places, le Palais des Sports de Libreville reste une énigme en termes d’investissements. Inauguré en grande pompe le 16 janvier 2018 par le président de la République Ali Bongo Ondimba, en prélude de la 23ème Coupe d’Afrique des Nations de handball séniors hommes (CAHB), cet édifice aura coûté aux contribuables près de 22 milliards de fcfa. Un montant emprunté auprès de la China Construction Bank (CCB) en 2018 sur présentation de l’ancien ministre de l’Economie Jean Marie Ogandaga. 

Fruit d’un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais et la société chinoise China State Construction Engineering Corporation (CSCEC), en collaboration avec la Société gabonaise nouvelle générale d’études (SNGE), cet édifice censé permettre la pratique du sport de masse, a pourtant été depuis, transformé en hôpital de fortune, sous l’impact d’une pandémie de covid-19 qui a révélé les nombreux dysfonctionnements en matière de santé. Preuve que le besoin réel se situait non pas dans cet investissement peu judicieux, mais dans le domaine de la santé. 

En délicatesse en ce qui concerne « la gestion des cas de transfert de malades de l’intérieur du pays vers la capitale du fait de structures dédiées (SAMU, SUMRA et SMUR CNSS) obsolètes », comme le soulignait le PNUD dans son rapport de 2020 sur l’impact de la Covid-19. En délicatesse également avec la mise aux normes de structures de santé, qui manquent de quasiment tout, idem pour les structures d’enseignements et les voiries urbaines qui demeurent en décrépitude, l’exécutif malgré ces faiblesses structurelles, préférait donc investir plus de 21 milliards de fcfa dans un Palais des Sports aux allures de projet mégalo. Une preuve de plus du manque de discernement dans le choix des investissements prioritaires. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Congrès provinciaux du PDG : des appels à la candidature d’Ali Bongo en 2023

Ces congrès se sont déroulés dans une ferveur et une mobilisation que les militants du PDG entendent maintenir jusqu'aux...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x