jeudi, février 22, 2024
More

    Gabon : déjà 98 000 signatures pour la pétition du RPG pour une transition politique 

    les plus consultés

    En l’espace de 3 semaines seulement, la pétition pour une transition politique au Gabon lancée par le président du Rassemblement pour le Gabon (RPG), Laurent Angué Mezui, n’a de cesse de gagner la confiance des Gabonais qui se bousculent de jour en jour pour parapher le document.

    La campagne de signature de la pétition a jusqu’ici emporté l’adhésion de quelque 98 000 Gabonais, selon les organisateurs. L’objectif de la pétition est de retarder les élections générales attendues en 2023, mettre toutes les institutions à plat pour un nouveau départ.

    Par cette initiative, le RPG entend plaider pour une transition politique au Gabon qui permettra d’organiser des élections apaisées et mettre en place des institutions fortes. Une idée similaire avait été proposée par Me Paulette Oyane Ondo au moins depuis 2019 sous l’appellation de « Transitologie ». 

    « Il faut que les institutions soient fortes (…) nous ne voulons pas qu’il y ait des hommes forts (…) et pour cela il faudrait que le peuple gabonais se rassemble parce que nous n’avons pas un pays de rechange, nous n’avons pas à brader notre République, notre pays », a expliqué Laurent Angué Mezui aux populations d’Ozoungué pour inciter à signer la pétition.

    Pour intensifier le mouvement, ce samedi 25 février 2023, Laurent Angué Mezui a procédé, au quartier Ozoungué dans le 5ème arrondissement, à l’installation du bureau des jeunes d’Ozoungué qui sera chargé d’emmener les jeunes à une prise de conscience collective sur l’avenir du pays au vu des échéances électorales à venir et susciter une adhésion massive au parti fondé par le père Paul Mba Abessole.

    Il faut dire que le RPG et les partis qui portent ce projet de politique ne souhaitent pas la tenue de l’élection présidentielle prévue dans quelques mois au Gabon. Ils suggèrent une pause pour remettre les pendules à zéro. Une pause qui permettra par la même occasion de mieux préparer les prochaines élections dans les conditions de transparence maximale.

    Dans ce sens, ils ont élaboré un code de bonne conduite et la pétition présentement soumis aux populations, afin de « faire comprendre à nos gouvernants qu’il vaut mieux s’asseoir un moment et remettre les choses à plat pour sécuriser notre nation », précisait Jacques Rogoula Daya, membre de la Dynamique pour la transition politique et pacifique au Gabon (DTPPG), lors d’une de ses sorties médiatiques du 26 janvier 2023.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x