Gabon : Guy Nzouba Ndama en liberté provisoire et ses fonds reversés au Trésor public

LE COFFRET

L’instruction judiciaire ouverte contre l’opposant politique devrait connaître des rebondissements dans les jours qui viennent. En plus de relancer, plus globalement, le débat sur le financement des partis politiques et des élections au Gabon. 

Présenté devant les autorités judiciaires de Franceville où il était jusque-là en garde à vue, l’ancien président de l’Assemblée nationale et patron du parti Les Démocrates mis en liberté provisoire hier lundi 19 septembre, au motif qu’il bénéficie d’un droit de représentation, selon le confrère L’Union.

Pour rappel, Guy Nzouba-Ndama a été interpellé dans l’après-midi du samedi 17 septembre  par les éléments des forces de douanes et de gendarmerie du Gabon, alors qu’il revenait du Congo voisin, avec des valises contenant la somme d’un milliard 190 millions de fcfa. Les vidéos de son interpellation ont vite fait le tour des réseaux sociaux, choquant une grande majorité des Gabonais  pour la quantité des billets en vue, au moment où la majorité d’entre eux peinent à joindre les deux bouts. La vidéo a par ailleurs outré pour le « zèle déshumanisant » et « le manque d’éthique » des gendarmes qui ont procédé à son interpellation, comme l’a qualifié Stéphane Germain Iloko, porte-parole du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir. 

Revenant sur les faits reprochés à l’opposant politique, le substitut du procureur de la République près du tribunal de Franceville a  rappelé que « (…) pour avoir refusé de déclarer les fonds« , ainsi que l’exige la loi en République gabonaise et en zone CEMAC, et pour « n’avoir pas pu justifier leur provenance, un procès-verbal de détention irrégulière des fonds a été dûment établi contre Guy Nzouba-Ndama (…), et lesdits fonds ont été confisqués, puis reversés au Trésor public le dimanche 18 septembre 2022« .

Sa mise en liberté provisoire 24h plus tard est un un soulagement pour ses soutiens, notamment  ses familles biologique et politique. Cette dernière qui a dit, la veille, « prendre acte » de l’ incident qui touche leur premier responsable. 

À quelques dix mois de la présidentielle au Gabon, élection à laquelle Guy Nzouba-Ndama est pressenti pour être candidat, et moins d’un mois avant le démarrage des législatives partielles pour lesquelles Les Démocrates briguent des sièges, nul doute que l’affaire Nzouba-Ndama va impacter la suite de ces évènements. 

Surtout qu’au titre des nombreuses brèches que cette affaire ouvre, elle relance particulièrement le débat sur le financement des partis politiques et des élections au Gabon. Un champ qui reste, pour l’heure, plus qu’ambiguë sur le plan juridique.  

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x