Pétrole : le Gabon désormais 7e producteur africain

LE COFFRET

Sous l’impulsion d’une production pétrolière en berne ces derniers mois notamment pour le géant nigérian, qui a vu sa production passer de 1,084 million de barils en moyenne en juillet à 972.000 barils (t/bpj) en août 2022, les cartes du secteur ont été redistribuées sur le continent. Ainsi, selon les données du rapport mensuel sur le marché pétrolier publiées le 12 septembre dernier par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Gabon gagne un rang et se trouve désormais septième producteur pétrolier africain.

Dans un secteur pétrolier mondial toujours dominé par les Etats-Unis (11 816 000 barils/j), l’Arabie Saoudite (11 051 000 barils/j) et la Russie (9 788 000 barils/j), le continent africain a pour sa part, vu le classement de ses principaux opérateurs connaître quelques modifications. Selon les données du rapport mensuel sur le marché pétrolier, publiées le 12 septembre dernier par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Nigéria longtemps en tête de peloton a notamment perdu trois rangs ses derniers mois. 

En effet, avec une  production quotidienne moyenne de pétrole brut passée de 1,084 million de barils en moyenne en juillet à 972 000 barils (t/bpj) en août 2022, la première puissance africaine a perdu son statut au profit de l’Angola dont la production s’est maintenue autour de 1 179 000 de barils/j en août 2022 (en très légère baisse puisqu’elle était de 1180 000 de barils/j en juillet dernier. Tout juste derrière le nouveau roi du pétrole africain, on retrouve la Libye qui fait une remontée spectaculaire à 1 123 000 de barils/j et l’Algérie qui maintient son cap avec 1 053 000 barils/j, suivi donc du Nigéria et de l’Egypte (590 000 barils/j).

Dans l’autre partie du classement, l’on retrouve la République du Congo et ses 261 000 barils/j et donc le Gabon qui, avec ses 212 000 barils/j (en hausse de 11% entre juillet et août 2022) occupe désormais le septième rang africain. Loin devant le Ghana (huitième avec 174 000 barils/j), la Guinée-Equatoriale (neuvième avec 85 000 barils/j) et le Soudan (dixième avec 74 000 barils/j), le Gabon a donc connu une belle progression ces derniers mois. Toute chose qui combinée aux fluctuations actuelles du marché, devrait pousser les autorités à accentuer leurs subventions aux produits pétroliers dans l’optique de limiter l’inflation auprès des ménages.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x