Gabon : l’axe Ovan-Makokou, un tombeau à ciel ouvert 

LE COFFRET

Alors qu’en octobre 2020, le ministre des Travaux Publics d’alors, Léon Armel Bounda Balonzi, annonçait la reprise des travaux sur l’axe Ovan-Makokou, l’un des pires tronçons du pays, plus de deux ans plus tard rien n’a été fait. Malgré la présence sur place de caniveaux et autres ouvrages pouvant faciliter la réhabilitation de cet axe stratégique, populations et opérateurs économiques doivent toujours faire face à des bourbiers qui rendent difficile la traversée vers le chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo.  

Concentré sur la réalisation de la voie de contournement de l’aéroport de Libreville, le gouvernement gabonais semble l’être beaucoup moins concernant d’autres axes pourtant prioritaires. C’est le cas du tronçon Ovan-Makokou. En dépit de son statut de priorité du gouvernement pour la période 2020-2023, cet axe long de 94 km, est de moins en moins praticable du fait de la présence de bourbiers meurtriers. Toute chose qui ne semble que peu émouvoir les plus hautes autorités, si l’on s’en tient à l’absence de solutions pratiques depuis des années. 

En effet, alors que le début des travaux de réhabilitation était annoncé en octobre 2020 à la suite d’un conseil de cabinet ministériel axé sur la problématique des infrastructures routières et présidé par l’actuel Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, plus de deux ans plus tard rien n’a été fait. Au grand dam des usagers de cette route, cratères, crevasses, bourbiers y sont de plus en plus légion, accentués par la forte pluviométrie actuelle. 

Dans cet état déplorable depuis des décennies, et ce, alors qu’une lueure d’espoir était apparue lorsque l’entreprise chinoise adjudicataire avait débuté les travaux dans les années 2000, « avant de les arrêter et d’y abandonner les engins pendant plusieurs mois », comme évoqué par des notables de la province, cet axe semble désormais oublié. Capable pourtant d’accélérer le développement d’une des provinces les plus riches en terme de ressources minières et aurifères, il demeure à ce jour, loin d’être une priorité. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Rapport EIU 2022 : le Gabon parmi les « Régimes autoritaires » en Afrique ?

Selon la dernière édition de l’indice de démocratie de l’Economist Intelligence Unit (EIU), rendu public le 6 février dernier,...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x