mardi, mai 21, 2024
More

    Gabon : le maire d’Oyem serait-il victime de ses propres turpitudes ?

    les plus consultés

    Depuis le 6 mai 2023, le maire de la commune d’Oyem, Christian Abessolo Menguey, est sous le coup d’une motion de déchéance. Cette dernière a été adoptée à l’unanimité par la majorité des conseillers de ladite mairie à l’issue d’un conseil municipal extraordinaire. 

    Selon quelques indiscrétions, le maire est accusé d’avoir ordonné le décaissement de 210 millions de fcfa sans l’accord du Conseil municipal. Il aurait, en effet, fait décaisser entre avril et septembre 2022, une somme de 70 millions de francs fcfa sans que les travaux ne soient lancés. Puis 140 millions de fcfa en février 2023.

    Il lui est, dans le fond, reproché d’avoir procédé avec cet argent à la poursuite des travaux de la place des fêtes d’Oyem alors que l’Autorité nationale de vérification et d’audit (Anavea) l’avait sommé le 23 avril 2023 de suspendre lesdits travaux, afin de voir clair dans la procédure de sortie des fonds affectés à ce projet. 

    Jusqu’ici, on croirait que le scandale autour du maire d’Oyem serait une machination. Seulement, là où le bât blesse, c’est que pour justifier la sortie d’argent, le maire aurait fourni une délibération portant le vote de 39 conseillers et une fiche de présence mentionnant la présence de 38 conseillers.

    Pour les conseillers municipaux, il y a du faux en écriture sur les documents. Dans sa démarche, le maire d’Oyem aurait convoqué une commission pour statuer sur les travaux à réaliser. C’est ce document qu’il aurait présenté au service comptabilité pour tromper leur vigilance et faire décaisser les sous. 

    « Nous nous sommes rendus compte que la base juridique n’a pas été respectée. La commission mise en place n’est pas au-dessus du Conseil municipal. C’est sur la base du mépris du Conseil municipal que nous avons demandé à monsieur le maire de pouvoir se retirer de façon digne », a déclaré Rose Allogo Mengara. 

    « A la suite de cette mauvaise attitude à l’égard des aînés que nous sommes et des conseillers municipaux qui statuent sur tous les actes du Conseil de la ville d’Oyem, nous avons donc décidé d’une motion de déchéance et nous lui avons retiré la signature », a-t-elle fait savoir.

    Tombé à quelques mois des prochaines élections municipales, la décision n’a pas été du goût de tous les conseillers proches du maire et issus comme lui du parti au pouvoir, le Parti démocratique gabonais (PDG). Le conseiller municipal de la commune d’Oyem pour le compte du PDG, Christiane Bitoughat s’est particulièrement insurgée contre cette procédure qui ne serait pas en phase avec la loi organique n°001/2014 du 15 juin 2015 relative à la décentralisation.

    D’après cette loi, il n’est pas permis à un Conseil municipal de destituer un maire. Pour le moment, si la destitution est actée, il reviendra ainsi au ministère de l’Intérieur de mettre une délégation spéciale pour la gestion de la mairie jusqu’aux prochaines élections, comme ce fut le cas avec Léandre Zue à la mairie de Libreville.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x