Gabon : les administrateurs du FMI débloquent près de 100 milliards de fcfa malgré les dérives du gouvernement

LE COFFRET

En dépit de dérapages conséquents et de dérives financières exponentielles confirmées par les rapports d’audit retraçant les dépenses du Fonds spécial de lutte contre l’épidémie de coronavirus, les administrateurs du Fonds Monétaire International (FMI), viennent de débloquer une enveloppe de 116,1 millions de DTS (155.29 millions de dollars US) soit un peu plus de 96 milliards de fcfa au profit du gouvernement. L’information a été rendue public ce lundi 27 juin en marge de l’achèvement des première et deuxième revues dans le cadre du programme appuyé par le Mécanisme élargi de crédit (MEDC). 

Quelques semaines après une mission de suivi-évaluation qui avait pourtant révélé de nombreuses tares en matière de gestion et de gouvernance, avec en point d’orgue la gestion Fonds spécial de lutte contre l’épidémie de coronavirus, les administrateurs du Fonds Monétaire International (FMI) ont achevé les première et deuxième revues dans le cadre du programme appuyé par le Mécanisme élargi de crédit (MEDC). Tenant principalement compte de la hausse des prix du brut sur les marchés internationaux, ces derniers ont appuyé le décaissement d’une enveloppe d’un peu moins de 97 milliards de fcfa.

En effet, alors que l’on pouvait craindre une suspension dudit programme du fait des nombreuses dérives en matière de gestion, de gouvernance et de corruption, révélées notamment par les deux rapports accablants du cabinet indépendant en charge d’auditer les états financiers des fonds covid, il n’en a finalement rien été. Pis, les administrateurs de l’institution de Bretton Woods ont tout bonnement signé un nouveau chèque, portant le montant total des décaissements dans le cadre du programme à 263 millions de dollars soit un peu plus de 163 milliards de fcfa. 

Renforçant un peu plus une dette publique déjà abyssale (plus de 7200 milliards de fcfa), ce nouveau décaissement effectué dans un contexte de hausse des prix du brut sur les marchés internationaux, n’élude cependant pas les interrogations liées à la gestion et la gouvernance des deniers publics. Des interrogations qui ont d’ailleurs fait réagir les administrateurs du Fonds, qui ont une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. Reste à savoir si le gouvernement de Rose Christiane Ossouka Raponda l’entendra, lui pour qui tout semble aller dans le meilleur des mondes.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Unité de l’opposition : REAGIR appelle à une large adhésion et à une accélération du processus  

Dans un communiqué parvenu à la rédaction d'Inside News241, le parti REAGIR (Réappropriation du Gabon, de son Indépendance, pour...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x