jeudi, avril 25, 2024
More

    Gabon : les évêques s’inquiètent du contexte d’organisation et des lendemains de la prochaine présidentielle 

    les plus consultés

    Lors de leur 30ème conférence épiscopale tenue ce 29 janvier 2023, les Évêques du Gabon ont délivrée un message dans lequel ils faisaient état de leurs inquiétudes aux autorités du pays et à la communauté internationale. Une inquiétude liée au contexte dans lequel vont se dérouler les prochaines échéances électorales que le pays entend organiser dès août prochain et leur craintes et espoirs au lendemain de celles-ci.

    « L’élection présidentielle prévue cette année au Gabon approche inexorablement. La situation socio-politique dans notre pays présente quant à elle des signes d’inquiétude et quelques espoirs. Notre analyse révèle des nuages à l’horizon, les mêmes causes produisant les mêmes effets », a affirmé, l’abbé Michel Ange Bengone Othoungha, secrétaire général de la conférence épiscopale du Gabon.

    Ce dernier a rappelé le contexte économique et social qui prévaut au Gabon. « On déplore encore des détournements au détriment de projets de développement. Par conséquent, le tissu économique local reste faible. La politique de l’habitat ne répond encore pas aux attentes de la population, par ailleurs la pression fiscale galopante n’aide ni les opérateurs économiques ni les ménages (…) », a ajouté le secrétaire général de la conférence épiscopale du Gabon.

    Cette déclaration sans langue de bois a été lue en présence du Premier ministre, Chef du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze, qui assistait, accompagné de plusieurs membres du gouvernement et du haut commissaire général de la République, à la cérémonie organisée à la paroisse Saint-Pierre de Libreville. 

    Ce qu’il faut dire, c’est que pour le secrétaire général de la conférence épiscopale du Gabon, l’abbé Michel Ange Bengone Othoungha, le climat dans lequel les élections à venir se préparent au Gabon est très délétère. Cette vision sombre de l’avenir du pays par l’abbé Othoungha s’explique par la mauvaise répartition des richesses, le taux de chômage relativement élevé, surtout des jeunes, et le réseau routier qui demeure impraticable dans plusieurs régions du pays. Un constat qui traduirait ainsi l’échec des autorités compétentes et partagé par toutes les couches de la société gabonaise. De plus, sur le plan politique, les tensions et frustrations des populations et leaders politiques ne présagent rien de bon. 

    En tout cas, pour tenter de calmer la tension qui est fortement palpable dans tout le pays, à mesure que l’élection s’approche, le Premier ministre a réagi sur ces réseaux sociaux. Il a indiqué que le gouvernement entend désamorcer les choses lors de la prochaine concertation politique qu’à initié Ali Bongo Ondimba.

    « Le message sur une meilleure prise en compte des questions sociales rejoint les 12 points de ma déclaration de politique générale. Quant aux questions électorales, elles seront abordées lors de la concertation politique décidée par le Président de la République, Chef de l’État, Son Excellence Ali Bongo Ondimba », a-t-il rappelé quelques heures après avoir assisté à l’office.

    Si les sceptiques doutent que cette rencontre donnera lieu à l’organisation d’élections libres et transparentes, les partisans eux se demandent quand aura-t-elle lieu. Les semaines à venir nous aideront-elles à répondre à cette question ? Wait and see.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x