mardi, avril 23, 2024
More

    Gabon : sous l’impulsion d’Oligui, l’Etat récupère des parts du géant local de la grande distribution Ceca-Gadis

    les plus consultés

    Près de deux mois après une visite dans la cité pétrolière de Port-Gentil où il avait notamment rencontré les notables de cette zone parmi lesquels Michel Essonghe, ancien Haut-représentant d’Ali Bongo et accessoirement Président du conseil d’administration (PCA) de la Compagnie d’exploitation commerciale africaine gabonaise de distribution (Ceca-Gadis), le général Brice Clotaire Oligui Nguema a annoncé que l’Etat acquiert 35% des parts dudit groupe. Remis en main propre par Michel Essonghe, le certificat de propriété de ces parts nouvellement acquises, confirme ce changement que seuls quelques initiés avaient vu venir.

    En pleine course contre la montre pour le rachat d’Assala comme l’ont affirmé les analystes de Standard & Poors, l’Etat gabonais a réussi dans le même temps à mettre à la main sur les parts d’un autre mastodonte de l’économie gabonaise. Spécialisé dans la distribution agro-alimentaire et accessoirement dans le commerce de produits de construction, la Compagnie d’exploitation commerciale africaine gabonaise de distribution (Ceca-Gadis) vient de céder 35% de ses parts à l’Etat. L’entreprise fondée en 1933 est le référent historique de la distribution dans le pays avec ses enseignes CKDO, Supergros, Gaboprix, Intergros, SuperCKDO, Géant CKDO, Sogame Équip, Yves Rocher, CK2 Matelec et MaxiCKDO. Elle enregistre en moyenne plus de 3 millions de passages en caisse par an.

    Dirigée par Michel Essonghe, le groupe qui contrôle une bonne partie de la distribution agro-alimentaire dans le pays devra donc désormais composer dans son actionnariat, avec un Etat gabonais qui hélas, n’a pas toujours fait montre de rigueur dans sa gestion financière. Autant dire que la coexistence entre les deux parties pourrait être difficile quand on sait que la gouvernance est loin d’être le fort de notre exécutif, malgré le changement de paradigme prôné par le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI). 

    Géré exclusivement par Gagepar depuis 1967, le groupe qui dispose d’une des chaînes de distribution les plus compactes du pays avec une présence jusque dans l’arrière pays, contrairement à ses concurrents, voit donc 35% de ses parts transférées à la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Avec pour principal objectif d’accroître progressivement la part de l’agriculture dans le produit intérieur brut (de 5% à 10% à l’horizon 2028) tout en réduisant les importations de produits alimentaires qui se chiffrent à près de 550 milliards de fcfa par an, cette acquisition reste toutefois de bonne augure.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x