Gabon/Transparence électorale : la société civile en passe de s’unir en consortium

LE COFFRET

Las des fraudes qui entachent les élections politiques au Gabon, la société civile dans son ensemble entend se constituer en Consortium dès août prochain, en vue de la consolidation de la démocratie et la défense des résultats des urnes au Gabon. Les leaders Georges Mpaga, Marc Ona Essangui et le révérend Georges Bruno Ngoussi entendent organiser un congrès  autour de « l’Appui à la Transparence Électorale et à la Démocratie au Gabon (PADTS) ».

À la faveur d’un communiqué de presse parvenu à la rédaction d’Inside News241, la société civile gabonaise, à l’initiative du Le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) de Georges Mpaga, de Brainforest de Marc Ona Essangui et de la Dynamique OSCAF avec le soutien du National Democratic Institute (NDI), entend organiser du 3 au 5 août prochain, un ambitieux congrès autour de « l’Appui à la Transparence Électorale et à la Démocratie au Gabon (PADTS) ». 

Les assises, qui comptent regrouper 300 participants (dont 250 organisations et leaders de la société civile, de la diaspora gabonaise, des partis politiques de tous bords, d’institutions nationales et internationales, et du corps diplomatique) se veulent un cadre d’échange et de dialogue démocratique entre le leadership de la société civile et les autres partis prenantes au processus démocratique au Gabon. 

L’objectif final étant de « formaliser la mise en place d’un Consortium des organisations de la Société civile autour des élections démocratiques et transparentes au Gabon », précise le communiqué.

« Au terme du congrès, les participants adopteront la feuille de route de la société civile en vue de la transparence et de la crédibilisation de l’élection présidentielle de 2023 au Gabon, l’organigramme du consortium ainsi que l’ensemble des outils de gouvernance dudit consortium.

En outre, durant les assises du forum, un dialogue ouvert et direct avec les forces politiques débouchera sur la signature d’un mémorandum d’entente entre ces dernières et les organisations de la société civile. Les modalités pratiques de participation seront annoncées dans les prochains jours », ajoute le communiqué de presse signé de Georges Mpaga et du révérend Georges Bruno Ngoussi, respectivement président du comité stratégique du Congrès, et président du comité d’organisation du Congrès.

Ces assises, qui seront les premières du genre organisées dans la sous-région d’Afrique centrale, se justifient par  les nombreuses fraudes et contestations et qui entachent chaque processus électoral au Gabon. Notamment lors des Présidentielles. Pour mémoire, les contestations qui ont suivies la Présidentielle de 2016 ont fait de nombreux morts et blessés parmi la population gabonaise. En plus d’avoir causé la destruction d’innombrables biens publics et des particuliers.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x