samedi, juin 22, 2024
More

    Gabon : un atelier de formation impactant pour les acteurs judiciaires et de sécurité

    les plus consultés

    Dans le cadre de la lutte sans relâche contre la traite des personnes, Libreville a servi de cadre à un atelier de formation de grande envergure, destiné à outiller les formateurs juridiques et sécuritaires sur les stratégies de lutte contre ce fléau. Organisé conjointement par le Ministère de la Justice, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’ambassade des États-Unis, cet atelier s’est tenu du 04 au 06 juin 2024 à l’École nationale de la magistrature (ENM).

    L’ouverture officielle a été marquée par l’intervention de François Mangari, secrétaire général de la Chancellerie, en l’absence du ministre de la Justice, Paul-Marie Gondjout. Il a salué les efforts multidimensionnels pour éradiquer la traite des personnes, qualifiant cette formation de cruciale.

    Déroulement et contenu de la formation

    Pendant trois jours, des magistrats, avocats, et agents des forces de défense et de sécurité ont été immergés dans des sessions intensives de formation initiale et continue. Utilisant le manuel de l’OIM, la consultante Kristina Touzenis a mené ces sessions à travers diverses méthodes d’apprentissage. Il s’agit des présentations, des jeux de rôle, des études de cas et des discussions de groupe. L’objectif principal était de renforcer leur compréhension des multiples formes et manifestations de la traite des personnes au Gabon. Un accent particulier a été mis sur une approche centrée sur les victimes.

    Reconnaissance et soutien

    François Mangari a exprimé la gratitude du gouvernement gabonais envers l’OIM et le gouvernement américain pour leur soutien technique et financier. Un soutient qui s’inscrit dans le projet de renforcement du système national de protection des victimes de traite des personnes. Il a souligné que la lutte contre la traite, une violation flagrante de la liberté et de la dignité humaine, est une priorité alignée avec la vision des autorités gabonaises.

    Impact et perspectives

    Cet atelier vise à pérenniser les actions de renforcement des capacités des acteurs clés de la chaîne pénale. À cet effet, un pool de formateurs sera constitué, comprenant dix magistrats, huit officiers de police judiciaire (OPJ) et deux avocats. Ces derniers devront tous être aptes à dispenser des formations approfondies sur la traite des personnes.

    Josiane Martins, responsable de l’OIM au Gabon, a félicité les autorités gabonaises pour leurs efforts constants et leur position de modèle continental dans la lutte contre la traite des personnes. Par ailleurs, le directeur général de l’ENM, Pierre Ndong Aboghé, a exprimé sa satisfaction quant à la tenue de cet atelier, soulignant l’accueil chaleureux des participants.

    En définitive, cet atelier de formation des formateurs marque une avancée significative dans la lutte contre la traite des personnes au Gabon. En outillant les principaux acteurs judiciaires et sécuritaires, le Gabon renforce sa position et sa capacité à protéger les victimes et à poursuivre les contrevenants. Cette initiative promet des retombées positives durables, consolidant ainsi les efforts nationaux et internationaux dans cette noble cause.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x