La gestion des finances personnelles, quésaco?

LE COFFRET

Jeanne Mintsa
Jeanne Mintsa
J.C.M. est une jeune Gabonaise diplômée en finance, passionnée d'écriture et de l'Afrique. Elle partage son temps entre des conseils en gestion de finances et l'entrepreneuriat.

Nous gérons tous d’une manière ou d’une autre nos finances au quotidien. La gestion des finances implique de gérer les entrées et les sorties d’argent. Ces entrées peuvent provenir soit de nos salaires ou de nos activités créatrices de revenus. En un mot, comme en mille, c’est la gestion de nos ressources financières.

Tout comme en entreprise, on se fixe un budget, on fait des prévisions, et on se fixe des objectifs lorsqu’il s’agit de nos propres revenus. Cependant, plusieurs questions sont indispensables pour savoir où l’on va. Quels sont nos besoins ? Nos besoins primaires ? Nos besoins secondaires ? Qu’est-ce qu’on doit satisfaire en premier ? Qu’est-ce qu’on doit abandonner ?

Lorsque j’étais plus jeune, je voyais souvent mes parents noter leur budget dans un cahier qu’ils tenaient loin de nous. Chaque fin du mois, chacun amenait son salaire à la maison, et ils écrivaient (surtout maman) dans ce cahier tout ce qu’ils voulaient faire avec leur argent. Ils prenaient le soin d’y mentionner différents pôles et catégories.

A l’époque, je ne comprenais pas une telle obsession de tout noter. Mais aujourd’hui, avec du recul, je suis certaine qu’ils se posaient ces questions d’orientation financière bien avant de percevoir leurs salaires.

Bon nombre de personnes se perdent, en dépensant leur argent dans des besoins secondaires dès qu’ils perçoivent leur salaire.

Elles n’hésitent pas s’enivrer, à acheter des vêtements de marque, à faire des virées entre amis… Et c’est un phénomène que j’observe chez beaucoup de jeunes adultes, même auprès des personnes matures. 

Prenons l’exemple d’un homme, appelons-le “Galério” (hommage à ceux qui en bavent dans la vie). Galério est un homme d’une trentaine d’années, travaillant dans une entreprise de la place, gagnant un salaire intéressant (plus de 400 000 fcfa, bien au-dessus du SMIG qui est toujours à 80 000 fcfa au Gabon). C’est un bon vivant comme on aime à le dire, et qui ne se prive de rien.

Le comportement typique de Galerio lorsqu’il perçoit ses revenus, c’est de tout de suite aller dans un débit de boisson et faire des tournées à tous ses amis et se retrouver sans un sou en poche le lendemain. Pourtant ce même lendemain, le bailleur vient toquer à la porte, l’électricité est coupée, le gaz terminé, et le frigidaire vide.

Galerio devra alors s’endetter pour pouvoir faire face à ses besoins primaires. Il ira ouvrir un “Cahier de bons” chez l’épicier du coin (le boutiquier, “Malien” ou “Sénégalais”, les termes les plus utilisés au Gabon). Puis il commencera à maudire le ciel de ne pas lui permettre d’avoir plus d’argent, oubliant que le montant n’y changera rien tant que le comportement dépensier demeurera.

Si nous confondons plaisirs et besoins, nous allons très vite nous retrouver dans un cercle de dettes qui finira par nous faire croire que nous subissons “des attaques spirituelles”.

C’est pour cela qu’il est important de connaître ses besoins primaires et les honorer en premier, naturellement. Il peut s’agir :

  • du paiement du loyer, si nous sommes en location ou le paiement des charges de la maison (eau, électricité, etc.) ;
  • du paiement de la “popote”, qui signifie entre autres les courses de la maison ;
  • du transport (le carburant, si nous avons un véhicule ou le budget des taxis);
  • de prendre soin des enfants si nous avons (scolarité, goûter …) ;
  • des soins personnels (achat de produit d’hygiène, coiffure, etc.).

Ensuite nous pourrons passer aux besoins secondaires … Mais comment gérer son argent ? Nous y répondrons dans notre prochain article.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nguidang Obiang Nadège Marina
Nguidang Obiang Nadège Marina
4 mois il y a

Il est souhaitable de mentionner l’auteur de ces articles.
La mauvaise gestion de notre revenu est dûe à l’éducation reçue,à l’environnement dans lequel on a grandit,aux mauvaises fréquentations.Il y a un adage qui dit:  » si tu marches avec un poisson pourri,tu deviendras également pourri » De même si un enfant évolue dansvun milieu malsain,il deviendra un produit du gaspillage….
Gérer c’est prévoir, prévoir c’est avoir une disposition de l’esprit à prendre conscience de nos actes.Nous ne pouvons pas prétendre être Responsable si nous n’avons pas une ligne de conduite sociale.Il faut que nous ayons l’estime de soi! Gaspiller l’argent pour des futilités attire la pauvreté!

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x