Secteur pétrolier : Maurel & Prom décaisse plus de 60 milliards de fcfa pour le Gabon en 2021

LE COFFRET

Dans son traditionnel rapport annuel retraçant l’ensemble de son activité, la major pétrolière française Maurel & Prom est longuement revenue sur l’accord signé en novembre 2021 avec les autorités gabonaises. Permettant la signature de nouveaux CEPP pour les zones de Kari et Nyanga-Mayombe dont les périodes d’exploration courent désormais jusqu’en 2029, ce contrat a déjà permis à l’Exécutif gabonais d’empocher la coquette somme de 100 millions de dollars soit plus de 60 milliards de fcfa. 

Alors que les nombreux emprunts souscrits sur les marchés internationaux et régionaux par les autorités gabonaises depuis de nombreux mois, laisseraient à penser que la situation économique serait désastreuse, les faits montrent pour leur part, qu’il n’en est rien. Bien au contraire, grâce à la bonne tenue des secteurs minier dont le principal opérateur Comilog a désormais un chiffre d’affaires qui dépasse le milliard de dollars, et pétrolier, l’économie semble se porter comme un charme. En témoignent d’ailleurs les 60 milliards de fcfa reçus par le gouvernement en 2021 de la major Maurel & Prom. 

En effet, à peine son contrat global de partage de production prolongé jusqu’en 2029, la major française cotée à la bourse de Paris et dont la capitalisation dépasse les 800 millions d’euros, a décaissé pas moins de 100 millions de dollars au profit de la République gabonaise. Correspondant aux 43 millions de dollars placés sur un compte-séquestre au titre du portage des coûts antérieurs à 2018 sur le permis Ezanga, et au paiement d’un montant complémentaire de 57 millions de dollars, cette coquette somme à grandement renflouer les caisses de l’État. 

Si on en sait peu sur leur utilisation ou même leur destination, ces 60 milliards de fcfa voire un peu plus se sont, quoi qu’il en soit, ajoutés à la part du Gabon dans les 2185,8 milliards de fcfa qu’ont représenté les exportations pétrolières en 2021. A noter que dans le cadre de la prolongation de leurs contrats respectifs, d’autres opérateurs pétroliers ont eu recours au même procédé, toute chose soulevant énormément de questions d’orthodoxie financières.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Unité de l’opposition : REAGIR appelle à une large adhésion et à une accélération du processus  

Dans un communiqué parvenu à la rédaction d'Inside News241, le parti REAGIR (Réappropriation du Gabon, de son Indépendance, pour...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x