Setrag : plus de 500 milliards de CA pour seulement 30% du chemin de fer réhabilités en six ans

LE COFFRET

Seul et unique opérateur du chemin de fer, la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag), filiale du Français Eramet, a récemment publié les données liées à l’entretien de celui-ci. Et selon ces données, ce sont « plus de 200 kilomètres de voies datant des années 80, ont pu être remis à niveau, assurant ainsi des progrès en termes de sécurité et de confort pour les voyageurs et de la logistique pour le fret », contrastant avec les nombreux déraillements observés au cours des deux dernières années.

Dans le cadre de son Programme de remise à niveau du chemin de fer transgabonais (PRN), la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag), filiale du Français Eramet et propriété à 40% du Fonds Meridiam, annonce avoir réhabilité plus de « 200 kilomètres de voies datant des années 80, (qui, ndlr) ont pu être remis à niveau, assurant ainsi des progrès en termes de sécurité et de confort pour les voyageurs et de la logistique pour le fret  ». Représentant 31% du réseau de voie ferré, ces 200 km de rail réhabilités peinent cependant à faciliter le trafic au regard des nombreux déraillements constatés.

En effet, engagés en 2016, ces travaux de remise à niveau censés « assurer des progrès en termes de sécurité et de confort pour les voyageurs et de la logistique pour le fret », restent encore infime si l’on se fie notamment au chiffre d’affaires engrangé par la Setrag sur la même période. Un chiffre d’affaires de plus de 500 milliards de fcfa, porté en grande partie par la croissance fulgurante de l’activité de production de manganèse, qui sur la seule année 2021 affiche plus de 9,5 millions de tonnes (en hausse de plus de 12% en glissement annuel). 

Indiquant que ces 200 km restent un seuil symbolique qui confirme l’accélération de la rénovation de la ligne de chemin de fer, la Setrag s’est voulu rassurante. Néanmoins, si l’on se fie aux délais de livraisons du PRN (échéance 2024), difficile d’imaginer l’entreprise ferroviaire réhabiliter les 448 km de rails restant dans les délais. Toute chose remettant en cause sa célérité dans ce domaine précis et, qui interpelle les autorités sur la nécessité d’ouverture à d’autres investisseurs, de ce pan hautepentstratégique de notre économie. 

 Pour rappel, l’investissement (333 milliards de fcfa) dédié au PRN lancé il y a six ans permet de répondre à plusieurs enjeux majeurs. D’une part, un besoin en transport de fret et une fréquentation de voyageurs en forte croissance depuis ces quatre dernières années, et d’autre part, la dégradation de la voie causée par un déficit historique de maintenance. Le PRN vient également restaurer la capacité initiale de transport du chemin de fer, en réduisant considérablement l’impact des 180 km de zones instables identifiées depuis la création du chemin de fer.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Gabon : les députés appellent à la «limitation de la pratique excessive des exonérations consenties à certaines entreprises»

En plein examen du controversé projet de Loi de règlement 2020, les députés ont passé en revue la stratégie...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x