Un Gabonais sur deux pense que ses élus locaux sont impliqués dans des affaires de corruption

LE COFFRET

Dans sa parution du 9 septembre dernier, le « Réseau panafricain de recherche par sondage » dénommé Afrobarometer a dressé un sombre tableau du rapport des populations gabonaises à leurs responsables locaux (municipaux et départementaux). 

Il ressort de ce sondage que plus des trois quarts (77%) de Gabonais désapprouvent la performance de leurs élus locaux. Pis, plus de la moitié (51%) d’entre eux estiment que ces élus locaux sont impliqués dans des affaires de corruption. Une proportion similaire de compatriotes pensent que les conseillers municipaux ou départementaux ne font « jamais » de leur mieux pour écouter les gens ordinaires. 

Conséquence : les Gabonais (57%) préfèrent ne pas amener leur conseiller municipal ou départemental à écouter leurs doléances sur un sujet important de leur communauté. 

C’est dire la distance que les populations gardent d’avec ceux supposés les représenter, défendre leurs intérêts, et gérer la chose publique.

Le rapport ne s’arrête pas là. Afrobarometer révèle qu’une large majorité (77%) de Gabonais pensent qu’il n’est pas probable que la mairie, le conseil départemental ou l’autorité anti-corruption réagisse à la suite de la dénonciation d’un acte de corruption. Une statistique qui semble donner raison au dernier indice de perception de la corruption (IPC) de l’ONG Transparency International, qui classait le Gabon comme un pays où la corruption reste endémique,  avec une 124e place mondiale sur 180 économies, pour un score de 31/100.

À l’évidence, ce rapport regorge d’un grand nombre de données dont les responsables municipaux et départementaux gagneraient à s’imprégner, pour améliorer leurs rapports aux populations qui les élisent à ces postes de responsabilité.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Rubens WANDZANGOYE NGUIAH
Rubens WANDZANGOYE NGUIAH
2 mois il y a

Il n’y a rien de plus vrai. Et c’est dommage.

Dernière Publication

Unité de l’opposition : REAGIR appelle à une large adhésion et à une accélération du processus  

Dans un communiqué parvenu à la rédaction d'Inside News241, le parti REAGIR (Réappropriation du Gabon, de son Indépendance, pour...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x