jeudi, mai 30, 2024
More

    Ali Bongo, candidat « naturel » du PDG en 2023

    les plus consultés

    C’est l’une des informations majeures à retenir du 12eme Congrès ordinaire du Parti démocratique gabonais (PDG) qui se tient depuis hier vendredi, jusqu’à ce samedi, au stade d’Akanda, au Nord de Libreville. Pas de surprise finalement.

    Le doute était de mise. Il est désormais dissipé. Ali Bongo Ondimba devrait bien être le candidat « naturel » du PDG à la présidentielle d’août 2023. C’est en tout cas ce que l’on peut traduire de la volonté affichée ce vendredi par le fils d’Omar Bongo, à l’ouverture du 12eme Congrès ordinaire du parti au pouvoir. Un moment au cours duquel Ali Bongo Ondimba a déclaré « avoir des ambitions encore plus grandes pour le Gabon (…) C’est pourquoi je compte sur vous (ses partisans NDLR), sur votre travail pour m’aider, aider le Gabon à aller encore plus haut, plus haut et encore plus loin« . Réussira-t-il à convaincre les Gabonais après 14 ans de gestion contestée et jugée insuffisante ?

    Plus explicite, le secrétaire général  du PDG, Steeve Nzegho Diecko, a rappelé aux militants et sympathisants venus en grand nombre et de toutes les localités du pays, le caractère « naturel » de la candidature d’Ali Bongo. D’ailleurs, pour ce qui est de 12eme Congrès ordinaire, il a dit qu’il 

    « s’agit du point de départ de (leur) engagement commun, fidèle, loyal, sincère, dynamique à l’égard du candidat naturel du Parti démocratique gabonais à l’élection présidentielle : le chef suprême de notre parti, le Distingué camarade Ali Bongo Ondimba, président de la République en fonction, déterminé à assumer un nouveau mandat à la tête du Gabon« .

    Cette double sortie du président du PDG et de son secrétaire général mettent quelque peu en sourdine les versions multiples et de plus en plus insistantes qui annonçaient une candidature du PDG autre que celle d’Ali Bongo à la prochaine présidentielle. Ceci, au regard de l’État de santé réduit du concerné, à la suite de l’AVC qui l’a atteint en 2018. Désormais, peut-on dire, l’opposition gabonaise qui se rêve unie, sait qui elle aura en face à cette joute électorale d’envergure pour le pays. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x