Calvaire des retraités : la CPPF sur les pas de la CNSS ?

LE COFFRET

Fatigués des pré-pensions et des retraites au rabais qui leur sont servis depuis plusieurs années, les retraités du service public ont donné une semaine au gouvernement pour régler leurs problèmes, sans quoi ils vont perturber la quiétude au sein des administrations du pays. Ils l’ont fait savoir au sortir du sit-in qu’ils ont tenu jeudi dernier devant la Caisse de pensions et des prestations familiales (CPPF), à Libreville.

Qu’ils soient du public ou du privé, les retraités gabonais vivent décidément des heures sombres. Après les péripéties de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), avec ses retraités payés au compte-gouttes, le tour est revenu cette semaine aux pensionnaires du public de rappeler qu’ils sont, eux aussi, en situation de précarité. Réclamant le paiement de leurs droits, l’arrimage « immédiat » de leurs pensions retraite au nouveau système de rémunération et la valorisation toute aussi « immédiate » desdites retraites, ils ont  fait un sit-in devant la CPPF ce jeudi 17 juin. Les images de ces mères et pères de familles assis à même le sol sont encore virales sur les réseaux sociaux.

Après avoir échangé avec le patron de la CPPF, en présence d’émissaires du ministère du Budget, ces retraités regroupés autour de l’Association nationale des retraités du Gabon (ANAREG), et soutenus par le Syndicat des travailleurs gabonais vaillants (MSTGV), ont  donné une semaine au gouvernement pour résoudre leur situation, sans quoi ils prendraient d’assaut d’autres administrations, y compris la présidence de la République, a averti leur porte-parole, le président du MSTGV, Pierre Mintsa.  

« Depuis 2015 et l’adoption du nouveau système de rémunération (NSR), plusieurs retraités du secteur public perçoivent une pré-retraite alors que pendant toute leur carrière ils ont cotisé pour avoir une retraite digne. Pire, nombreux d’entre eux meurent faute de moyens pour se soigner sans que cela n’émeuve le gouvernement qui refuse, à ce jour, de trouver une solution définitive au problème », a d’abord fustigé le porte-parole.

Et  le syndicaliste de se faire plus précis : « Il y a deux problèmes pendants. D’abord l’arrimage des pensions retraites au nouveau système de rémunération, qui concerne tous ceux qui sont allés à la retraite depuis le 25 juin 2015, date de la mise en place du NSR. (…) C’est l’absence de cet arrimage qui fait que beaucoup touchent non pas leurs pensions principales, mais des allocations provisoires d’attente que nous  appelons pré-pensions. Mais en termes juridiques, une allocation provisoire d’attente a une durée de 3 mois. De 2015 à 2022, n’a-t-on pas déjà dépassé les 3 mois? 

Le deuxième problème est la revalorisation des pensions retraites, qui concerne tous ceux qui ont pris la retraite avant l’entrée en vigueur du nouveau système de rémunération, conformément au décret 468 du 19 septembre 2017 »

Vivement qu’une issue favorable soit trouvée au bénéfice de ces compatriotes dont le seul tort est, en définitive, d’avoir servi le Gabon.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Culture/Nuit Des Talents : comme un air de pré-campagne ?

16 ans après la disparition des Balafon Gabon Music, les acteurs culturels ont à nouveau eu droit à une...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x