Camille Epembia : « Nous devons diversifier l’économie gabonaise nous-mêmes »

LE COFFRET

La diversification de l’économie est un des chevaux de bataille d’Ali Bongo Ondimba, président de la République. Pourtant, nombreux sont les Gabonais qui pensent que sur le terrain ce projet n’est que chimère. C’est ce que relève Camille Epembia, entrepreneur gabonais et acteur majeur de la culture de l’engagement dans le Hip hop, dans une tribune publiée sur les réseaux sociaux le 30 mai 2022. Il regrette l’absence des compatriotes dans le tissu économique du pays. Nous publions in extenso ladite tribune.

« Malgré les grandes annonces de projet de diversification de notre économie par le gouvernement avec la zone économique Spéciale de Nkok par exemple, et environ 11 ans après son ouverture, nous constatons que la réalité reste la même. Les usines ouvertes dans cette zone sont pour la grande majorité des entreprises étrangères. Les entreprises gabonaises demeurent invisibles, ou interviennent quand elles daignent se montrer, qu’en tant que petits sous-traitants, ou en tant qu’employé tout simplement. 

A Port-Gentil, capitale économique du pays et poumon de l’économie gabonaise, accessoirement siège de l’industrie pétrolière locale, le constat est le même. Les grandes entreprises qui ont pignon sur rue sont des entreprises étrangères. Aucune entreprise digne de ce nom, n’est la propriété d’hommes ou de femmes d’affaires gabonais. Chacun peut imaginer la complexité de la question de souveraineté dans un contexte où le cœur de l’économie, est proprement dit, entre des mains étrangères.

Le constat est sans appel : l’entrepreneur gabonais, mieux, le grand industriel gabonais, dans un pays riche en matière première, n’existe pas. Cela est d’autant plus vrai que la corruption est aujourd’hui endémique, réduisant systématiquement les chances de ceux qui ont de fortes ambitions et des rêves de réussite en dehors des carcans habituels dans ce pays.

Au-delà des industries de transformations inexistantes, des secteurs entiers de l’économie ont encore du mal à passer entre les mains des nationaux, des domaines tels que le transport, l’alimentation, les BTP ou encore la distribution alimentaire et industrielle sont toujours entre les mains d’étrangers et dans cette nébuleuse, l’attitude des jeunes, qui consiste à courir à la fonction publique, n’aide pas à améliorer les choses. »

Camille Epembia

Leader du mouvement « Pourquoi pas Nous »

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
ENDUNDU
5 mois il y a

Mais qu’est-ce qui bloque chez nous les nationaux la prise en main de notre économie ?

Dernière Publication

Unité de l’opposition : REAGIR appelle à une large adhésion et à une accélération du processus  

Dans un communiqué parvenu à la rédaction d'Inside News241, le parti REAGIR (Réappropriation du Gabon, de son Indépendance, pour...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x