mardi, avril 23, 2024
More

    Enrichissement illicite : Cyriaque Mvouradjiami et Gisèle Yolande Mombo audités par la CNLCEI 

    les plus consultés

    La Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) a récemment pris des mesures décisives en menant des auditions cruciales. En effet, le 13 février dernier, Cyriaque Mvouradjiami, ancien directeur de cabinet politique d’Ali Bongo Ondimba, et Gisèle Yolande Mombo, ex-directrice générale des Finances de la mairie de Libreville, ont été convoqués pour être interrogés.

    Ces auditions marquent une étape essentielle dans les enquêtes relatives à des allégations de corruption, d’enrichissement illicite et de blanchiment de capitaux, depuis la prise de pouvoir par les militaires le 30 août 2023. La CNLCEI prend ainsi des mesures concrètes pour faire la lumière sur ces pratiques néfastes qui minent la société gabonaise. 

    Selon le président de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite, Nestor Mbou, l’objectif de ces auditions est de rassembler des preuves dans le but de les transmettre au procureur de la République pour enquête ultérieure. Précisant au passage que le procureur de la République a « souligné que la commission ne vise pas à juger mais à soutenir l’action publique et à veiller à ce que les infractions financières impliquant des agents publics soient traitées conformément à la loi ».

    Il est essentiel que de telles démarches soient entreprises pour faire la lumière sur des pratiques qui sapent la confiance du public et compromettent l’intégrité des institutions de la République. Pour le moment, Cyriaque Mvouradjiami et Gisèle Yolande Mombo bénéficient de la présomption d’innocence, un principe essentiel en matière de justice. Plusieurs autres personnes seront bientôt interrogées dans le cadre de ces enquêtes. Des personnes qui pourraient être impliquées dans des activités répréhensibles, notamment la corruption, la non-déclaration des biens ou l’enrichissement illicite. 

    La CNLCEI, en sortant enfin de l’ombre, démontre son engagement ferme à lutter contre la corruption et à promouvoir la transparence. Ces actions sont essentielles pour renforcer l’état de droit et garantir une gouvernance saine et éthique dans notre société. 

    Même si l’on s’interroge sur cette envie soudaine d’en finir avec la corruption de celui qui est à la tête de cette institution depuis le 25 mai 2021. En effet, Nestor Mbou à pris les rênes du CNLCEI avec pour mission première de réinstaurer l’observation de l’éthique de la gestion des affaires publiques. Au regard des nombreuses malversations dévoilées par le Comité pour la transition et la restauration des institutions, l’opinion est en droit de se demander où était la CNLCEI ?

    Surtout lorsqu’on sait que les allégations de corruption, d’enrichissement illicite et de blanchiment de capitaux sont des problématiques majeures qui nécessitent une réponse ferme et déterminée. La CNLCEI devrait jouer un rôle crucial dans la lutte contre ces fléaux qui entravent le développement économique et social du Gabon.

    Par ailleurs, en divulguant publiquement ces auditions et en mettant en lumière les enquêtes en cours, la CNLCEI envoie un message clair : personne n’est au-dessus des lois et toute forme de malversation sera désormais scrutée avec rigueur et impartialité.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x