mardi, avril 23, 2024
More

    Gabon 2023 : bilan d’une année mouvementée

    les plus consultés

    Ferdinand DEMBA
    Ferdinand DEMBAhttp://www.insidenews241.com
    Passionné de lettres et désormais de chiffres, FD est le directeur de publication d’Inside News241. Journaliste de métier et de convictions, lui et son équipe sont au service d’une information objective, d’utilité publique et au service de la vérité.

    L’année 2023 restera gravée dans les mémoires des Gabonais comme une période de bouleversements politiques, économiques et socio-culturels. Le coup de d’Etat orchestré par les militaires regroupés au sein du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) le 30 août 2023 a marqué un tournant décisif dans l’histoire du pays. Après plusieurs décennies de règne sans partage du régime Bongo/PDG, cette prise de pouvoir a été perçue par de nombreux Gabonais comme un coup de libération. 

    Le coup de d’Etat du 30 août 2023 perpétré par les militaires regroupés autour du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) a renversé le régime d’Ali Bongo Ondimba en place depuis 14 ans. Le général Brice Clotaire Oligui Nguema, figure emblématique de cette transition, a prononcé un discours fort dans lequel il a dénoncé les dysfonctionnements du régime précédent et a promis une gouvernance transparente et démocratique. “C’est sans aucune violence, sans heurts et sans effusion de sang que le Comité pour la Transition et la Restauration des institutions (CTRI) a changé le régime en place, qui confisquait le pouvoir des institutions de la République depuis quelques années, au mépris flagrant des règles démocratiques.  […] L’armée républicaine s’est inscrite dans le refus de cautionner une forfaiture qui aurait, une fois de trop, coûté la vie à de nombreux citoyens. Le peuple demande tout simplement que ses droits soient, garantis à travers des institutions fonctionnelles.”

    Les acteurs politiques et associatifs gabonais ont également exprimé leur soutien à cette nouvelle ère politique, espérant ainsi tourner la page sur les années passées. Ainsi, lors de la mise en place des organes de la transition, les forces vives de la Nation ont été appelées à soutenir l’effort du pays à restaurer les institutions. En effet, le Parlement de la transition est composé d’hommes et de femmes politiques de l’ancienne majorité et de l’ancienne opposition, de la société civile et des militaires. Paulette Missambo, présidente de l’Union nationale (UN) est l’actuelle présidente du Sénat. Jean François Ndongou ancien ministre d’Ali Bongo Ondimba est l’actuel président de l’Assemblée nationale… pour ne citer que ces deux institutions.

    Ainsi, les autres organes de la transition ont quasiment connu la même répartition qui démontre la volonté des nouvelles autorités d’impliquer le maximum de Gabonais dans la construction d’un édifice enfin commun. Les décisions politiques prises par le CTRI ont toujours tenu compte de la diversité des acteurs politiques et de la société civile afin d’être le plus inclusif possible.

    Économie : des réformes fiscales et d’incitation à l’investissement 

    Sur le plan économique, l’année 2023 a été marquée par des défis importants. La crise politique a eu un impact sur l’économie du pays, avec une baisse des investissements étrangers et une instabilité monétaire. En septembre 2023, l’agence de notation américaine Moody’s prévoyait une baisse des investissements directs étrangers, lesquels se situaient en moyenne à 9% du PIB entre 2016 et 2021.

    LIRE AUSSI : Gabon : Mays Mouissi promet une loi de finances « de sincérité budgétaire alignée sur la réalité des finances publiques » 

    Cependant, des mesures ont été prises pour relancer l’économie, notamment par le biais de réformes fiscales et d’incitations à l’investissement. Malgré les difficultés et les sanctions internationales, l’espoir demeure quant à la possibilité de revitaliser le secteur économique du Gabon. A l’heure où nous publions cet article, la loi de finances 2024 a déjà été adoptée par les députés de la transition, preuve que les ambitions du gouvernement ont été validées par les représentants du peuple.

    Le Premier ministre Raymond Ndong Sima et la délégation conduite par par le ministre de l’Economie et des Participations Mays Mouissi posant pour la postérité après la visite des stands. © D.R.

    Un quitus basé sur des hypothèses très optimistes adossées à une production pétrolière à plus de 80 millions de  barils et une production de manganèse à 10 millions de tonnes. Une loi de finances qui devrait permettre au Premier ministre Raymond Ndong Sima de soutenir le Plan National de Développement (PND), actuellement consolidé par la direction générale de la prospective.

    Social : entre espoir et craintes 

    Le bilan social de l’année 2023 est contrasté. D’un côté, le coup de d’Etat a suscité un sentiment de libération et d’espoir chez de nombreux Gabonais. Les manifestations populaires ont témoigné de la volonté du peuple gabonais de prendre part activement à la construction d’un avenir meilleur. Pour preuve, chaque sortie du président de la transition le général de brigade Brice Clotaire Oligui Nguema, a presque été auréolée d’un bain de foule. C’était le cas lors de sa visite de certains quartiers de la capitale, mais aussi lors de sa tournée provinciale, notamment dans la Ngounié et le clou dans la ville d’Oyem où il a délivré un message qui retentit encore aujourd’hui dans les salons feutrés et les quartiers.

    Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les Gabonais qui demandent que la transition dure plus de deux ans. Estimant, à tort ou à raison, que les actes posés par le général et ses équipes en trois mois sont les signes avant-coureurs d’une ère de changement et de prospérité pour le Gabon. 

    D’un autre côté, les années de règne d’Ali Bongo ont laissé des cicatrices profondes dans la société gabonaise. Les inégalités sociales et les problèmes liés au vivre ensemble persistent encore aujourd’hui. Il n’y a rien d’étonnant à cet état de fait quand on sait que le CTRI a pris le pouvoir il y a à peine moins de quatre mois. Il faut dire que sous l’ère Ali Bongo Ondimba et surtout depuis son accident vasculaire cérébral (avc) en 2018, une caste de Gabonais regroupés autour de Sylvia Bongo Ondimba et son fils Nourredin Bongo Valentin se seraient accaparés les biens du pays au détriment du plus grand nombre. 

    De plus, la volonté de ces derniers de gérer le Gabon à leur guise a entraîné une fracture sociale sans précédent dans notre pays. Avec près de 40% des Gabonais vivant sous le seuil de pauvreté selon la Banque mondiale, c’est un désastre qui ne peut être résorbé en quelques mois. 

    Culture : l’avenir sera meilleur 

    La richesse culturelle du Gabon a également été mise en lumière cette année. Malgré les bouleversements politiques, les artistes gabonais continuent de faire rayonner leur talent à travers le pays et à l’international. La diversité culturelle du Gabon constitue un véritable atout pour le pays et contribue à son rayonnement sur la scène internationale. En effet, plusieurs artistes ont été primés dans des concours à travers le continent. Il s’agit d’Emma’a qui a été sacrée meilleure artiste d’Afrique centrale lors de la 8e édition des Prix des musiques urbaines (Primud), organisée dans la capitale ivoirienne et l’humoriste Manitou qui a remporté un prix panafricain à Bamako au Mali lors de la 3e édition du festival international dénommé “Mali du rire (MDR)”. Quant au prix du public africain aux Sotigui Awards 2023, il a été remporté par l’acteur Guy Médard Obiang des Studios Montparnasse.  

    En somme, l’année 2023 restera dans les annales du Gabon comme une période de changements majeurs. Le coup de d’Etat du CTRI a ouvert la voie à une nouvelle ère politique, économique, sociale et culturelle. Le discours du général Brice Clotaire Oligui Nguema et l’engagement des acteurs politiques gabonais témoignent de l’espoir qui émerge pour l’avenir du pays. La restauration des valeurs et des institutions est un objectif commun pour tous les Gabonais, qui aspirent à une société plus juste, équitable et prospère. L’année 2023 marque ainsi le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire du Gabon, où les Gabonais sont appelés à participer activement à la construction d’un avenir meilleur.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x