jeudi, février 22, 2024
More

    Gabon : 215 recours déposés à la Cour constitutionnelle pour dénoncer les agissements du CGE

    les plus consultés

    A quelques semaines des prochaines échéances électorales fixées au 26 août 2023, la Cour constitutionnelle est au cœur de toutes les attentions. Pas moins de 215 recours ont été introduits par les candidats déclarés aux élections pour dénoncer les dernières mesures prises par le Centre gabonais des élections (CGE).

    En effet, après la nomination d’un membre du Parti au pouvoir à la tête du CGE, en la personne de Michel Stéphane Bonda, la suppression de l’enveloppe accolée et la désignation des représentants des autres candidats dans les bureaux de vote en lieu et place des concerner, le Centre gabonais des élections a décidé de l’adoption du bulletin unique pour les scrutins présidentielle et législatives.

    Une décision qui comme les autres a suscité plusieurs mécontentements et actions en justice. En tout cas, cette dernière mesure n’a pas échappé à la vigilance des acteurs de l’opposition qui ont introduit depuis pas moins de 215 recours auprès de la Cour constitutionnelle.

    Objectif, contester les décisions émanant du Centre gabonais des élections (CGE). Ces contestations touchent particulièrement l’ensemble des élections,  qu’il s’agisse de l’élection présidentielle, les législatives et les locales. 

    Les requêtes concernent les candidats dont les dossiers n’ont pas reçu l’aval du Centre gabonais des élections (CGE), en raison de leur caractère incomplet. Ces dernières contestent la décision du CGE et dénoncent en revanche la validité des dossiers de leurs adversaires, pourtant approuvés par le CGE.

    Nombre de ces requêtes pointent du doigt la légalité de certaines listes de candidatures pour les élections locales, mettant en avant diverses irrégularités. Parmi ces irrégularités, on note que certains colistiers seraient des membres actifs ou des cadres de partis politiques, n’ayant jamais officiellement démissionné de leurs positions.

    La population gabonaise et les acteurs politiques observent donc avec une grande attention l’évolution de ces délibérations cruciales à l’approche des élections du 26 août. Ces dernières pourraient envenimer les tensions déjà très perceptibles dans le pays si le droit n’est simplement pas lu.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x