mardi, mai 21, 2024
More

    Gabon : Cimaf fait-il bloc face à l’arrivée de Dangote Cement ?

    les plus consultés

    Annoncé en 2019 par l’homme d’affaires et philanthrope nigérian Aliko Dangote, le projet de construction d’une cimenterie au Gabon d’une capacité de 3 000 tonnes/jour et dont le coût devait s’élever à 44,5 milliards de fcfa semble avoir pris du plomb dans l’aile. Et pour cause, quatre années plus tard, aucune trace du géant africain Dangote Cement, dans un secteur ou le géant marocain Ciment de l’Afrique (CIMAF) est le seul autorisé à exploiter des carrières de dolomie et calcaire, deux éléments indispensables à la fabrication de ciment. 

    Annoncé avec enthousiasme il y a peu moins de quatre ans consécutivement à un accord, portant sur un montant de 44,5 milliards de fcfa, signé avec les autorités gabonaises, la construction de l’unité de broyage de clinker du géant nigérian Dangote Cement qui devait livrer jusqu’à 3 000 tonnes par jour, et donc environ 1 million de tonnes par an, n’a jusque-là pas vu le jour. En dépit du fait qu’elle devait permettre de réduire à moyen terme la facture de ciment, aucune trace de cette usine dans les tuyaux. 

    En effet, alors que cette annonce était perçue par les autorités à cette époque comme le reflet d’une amélioration du climat des affaires et la volonté africaine d’intensifier la coopération sud-sud, près de quatre ans plus tard le blocus de ce projet semble plutôt confirmer le monopole des deux opérateurs locaux et notamment  le géant marocain Ciment de l’Afrique (CIMAF) qui dispose de la seule autorisation à exploiter des carrières de dolomie et calcaire, deux éléments indispensables à la fabrication de ciment. 

    Jouissant d’un véritable monopole sur le marché gabonais où le prix de la tonne de ciment se situe autour de 100 000 fcfa, un tarif relativement élevé pour des populations qui doivent déjà faire face à une inflation galopante, Cimaf semble bel et bien profiter de ce barrage devant la construction de cette usine 100% africaine. Si aucune annonce ou communiqué officiel n’a été publié par l’entité détenue par le milliardaire nigérian Aliko Dangote, difficile de ne pas y voir cette « main noire » profitant au géant marocain, quand on connaît les relations qu’entretiennent le Royaume Chérifien et le Gabon. 

    Pour rappel, avec une capacité de production annuelle de plus de 35 millions de tonnes, Dangote Cement est implanté dans une dizaine de pays sur le continent. Outre le Nigeria, l’entreprise du milliardaire nigérian est également implantée au Ghana, en Afrique du Sud, au Sénégal, au Cameroun, en Ethiopie, en Zambie, en Sierra Leone, en Tanzanie, au Congo et au Togo.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x