samedi, juin 22, 2024
More

    Gabon : la dette publique explose en 6 mois, une menace pour l’économie nationale ?

    les plus consultés

    La dette publique du Gabon a subi une croissance alarmante en l’espace de seulement 6 mois, passant de 56% à 70,5 % du PIB, d’après le récent rapport du FMI. Cette explosion est le résultat de déséquilibres budgétaires importants et de déficits hors pétrole qui ont entraîné une accumulation rapide d’arriérés. Ces chiffres mettent le Gabon en dehors des normes de la Cemac, suscitant des inquiétudes quant à la viabilité de la dette et aux perspectives macroéconomiques du pays.

    « Les déséquilibres budgétaires se sont considérablement aggravés : les importants déficits hors pétrole en 2022-2023 ont conduit à une accumulation rapide d’arriérés. Ils ont porté la dette publique à environ 70½ % du PIB, au-dessus du plafond de la Cemac, et ont pesé sur l’accumulation des réserves », précise le FMI dans son rapport. Le Fonds monétaire international met en garde contre les risques de liquidité à court terme et de viabilité de la dette à long terme si les déséquilibres ne sont pas corrigés, rapportent nos confrères de L’union

    Une Vision claire

    Des mesures sont jugées nécessaires pour stabiliser la situation budgétaire et engager des réformes visant la transparence et la diversification économique. Le récent séjour du directeur Afrique du FMI au Gabon devrait permettre au président de la transition, le général de brigade Brice Clotaire Oligui Nguema d’avoir une vision claire de la situation économique réelle du pays et de prendre des décisions éclairées pour l’avenir.

    Il va sans dire que la dette du Gabon pourrait dépasser les 8000 milliards de francs cfa d’ici fin 2024, suscitant au passage les craintes des institutions de Bretton Woods, dont un cadre de l’institution qualifie déjà le Gabon de pays surendetté.

    Urgence d’actions concrètes

    Cette escalade de la dette publique du Gabon soulève des préoccupations quant à la santé financière du pays et met en lumière l’urgence d’actions concrètes pour prévenir une détérioration supplémentaire de la situation économique. On est bien loin des assurances faites par Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, directeur général de la Dette et du ministre Mays Mouissi Kinga en mars 2024.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x