Gabon : le français Meridiam revendique près de 1000 milliards de fcfa d’investissements

LE COFFRET

Active dans le pays depuis 2017 autour de projets routiers et énergétiques notamment, la société française Meridiam dirigée par Thierry Deaux revendique un portefeuille colossal. Comme indiqué au terme d’une rencontre avec la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda ce 24 octobre, ce sont près de 1000 milliards de fcfa d’actifs qu’elle possède dans le pays. Une somme colossale qu’elle partage avec l’omniprésent Arise. 

Transgabonaise, Barrage de Kinguélé Aval, Société d’exploitation du transgabonais (Setrag). En à peine cinq ans, Meridiam, société française spécialisée dans le développement, le financement et la gestion de projets d’infrastructures publiques sur le long terme, a mis la main sur un portefeuille gargantuesque au Gabon. Évalué à ce jour à près de 1000 milliards de fcfa, celui-ci fait de cette société, l’une des plus importantes dans le pays puisque ses investissements correspondent à tout juste, un peu moins du chiffre d’affaires de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), première entreprise du pays. 

Reçu en audience par la Première ministre, cheffe du gouvernement, Rose Christiane Ossouka Raponda, Thierry Deaux, directeur général de Meridiam a évoqué ces investissements. Faisant le point de la livraison de la Transgabonaise dans un premier temps, ce dernier a indiqué que « 65 km vont être livrés avant la fin de l’année ». Un premier linéaire qui ne représente que 7% à 8% du tronçon final. 

Concernant le projet de barrage de Kinguélé Aval, d’une puissance installée estimée à 34,1 MW et d’une production brute annuelle nette de 203 GWh, le dirigeant a indiqué à Ossouka Raponda que « les travaux du projet ont débuté cette année, donc il faudra encore quelques années pour terminer ». Une deadline assez floue pour un projet qui devrait pourtant permettre d’améliorer la desserte en électricité, dans un pays où les carences de la Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG) sont de plus en plus criardes. 

Concernant la Setrag dont elle détient 40% depuis un peu plus d’un an, Thierry Deaux a indiqué que le premier objectif était de traiter les 200 premiers kilomètres très sensibles pour renouveler l’infrastructure d’ici la fin 2023, c’est « un point un peu régulier pour s’assurer que tout avance bien comme prévu au calendrier promis au gouvernement ». A la traîne sur certains projets, Meridiam, a donc tenu à rassurer le gouvernement sur ces perspectives, dans un contexte de mise en œuvre du PAT.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x