Gabon : le gouvernement adopte un budget révisé à la hausse de 3300 milliards de fcfa

LE COFFRET

Initialement fixé à 2 936,6 milliards de fcfa, le budget de l’Etat gabonais vient de connaître une révision substantielle à la faveur d’une très attendue Loi de Finance rectificative. Entériné par le gouvernement lors du conseil des ministres de ce mardi 7 juin, celui-ci a été amendé passant ainsi à 3 295,6 milliards de fcfa. Une augmentation substantielle intimement liée au cours actuel du baril de pétrole gabonais qui oscille entre 80 et 100 dollars US ces dernières semaines en lien avec le conflit Russo-Ukrainien. 

Alors qu’une grande partie du monde traverse une période pour le moins délicate avec en toile de fond un conflit Russo-Ukrainien aux effets dévastateurs, certains pays, notamment ceux produisant de l’or noir, ont vu leurs recettes exploser. C’est le cas du Gabon. Après des années d’une traversée du désert qui aura vu les recettes pétrolières passer de près de 1400 milliards à moins de 500, le huitième producteur africain a vu le prix du baril flamber sur les marchés. Résultat, un budget 2022 révisé à la hausse.

Initialement fixé à 2 936,6 milliards de fcfa, ce budget vient de connaître une hausse substantielle de l’ordre de 359 milliards de fcfa soit un peu moins de 13%, passant ainsi à 3 295,6 milliards de fcfa. Basé sur des hypothèses macro économiques telles qu’un prix du pétrole gabonais à 80 dollars US, des exportations de manganèse de 9,70 millions  de tonnes, un prix moyen de vente de la tonne de  manganèse à 143,7 dollars US, ou encore un taux de change du dollar américain à 591,8  fcfa, ce budget devrait selon l’exécutif, accélérer la mise en œuvre du Plan  d’Accélération de la Transformation (PAT).

Avec pour principaux axes: l’augmentation de la prise en charge de  l’assurance maladie au profit des Gabonais  Économiquement Faibles (GEF), le soutien aux prix des carburants et de la  farine, la poursuite des travaux de la Transgabonaise, la poursuite de la prise en charge des coûts de  restructuration des entreprises et établissements  publics, il devrait donc favoriser la reprise économique puisque l’on évoque déjà un taux de croissance projeté de l’ordre de 2,8%. 

Néanmoins, à l’heure où le très attendu rapport sur les dépenses liées à la gestion du covid-19 par le gouvernement peine à être dévoilé, certains arbitrages budgétaires interrogent. C’est notamment le cas des ajustements liées aux dépenses de fonctionnement qui se chiffreraient à 1 247,2 milliards de fcfa contre 1 161,9 milliards de fcfa dans la loi de finances initiale, soit une augmentation de 85,2 milliards de fcfa, contre des dépenses d’investissement établis à  325,7 milliards de fcfa, en baisse de 0,25%. Une hausse des dépenses de fonctionnement à peine compréhensible, quand on sait que l’urgence est ailleurs.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Unité de l’opposition : REAGIR appelle à une large adhésion et à une accélération du processus  

Dans un communiqué parvenu à la rédaction d'Inside News241, le parti REAGIR (Réappropriation du Gabon, de son Indépendance, pour...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x