Gabon : le projet de Tramway définitivement jeté aux oubliettes ?

LE COFFRET

Annoncé en Septembre 2018 par le gouvernement, notamment le ministère des Transports, le projet de construction de la ligne de Tramway reliant le centre de Libreville à sa périphérie n’a plus jamais été évoqué par ces mêmes autorités. Bientôt 4 ans après son annonce, ce projet qui devait « assurer la mobilité des populations du centre-ville vers la périphérie sud » ressemble de plus en plus à ces nombreuses annonces faites par l’exécutif dans le but de vendre l’image d’un pays en pleine modernisation.

Consistant à « construire une infrastructure capable d’assurer la mobilité des populations du centre-ville vers la périphérie sud », dans l’optique de faciliter l’accès à l’une des zones « les plus habitées de la capitale et qui devrait aussi être la plus fréquentée par les usagers de la Zone économique de Nkok et du futur aéroport international », comme indiquait à l’époque Justin Ndoundangoye, ministre des Travaux Publics aujourd’hui derrière les barreaux, le projet de développement d’une ligne de Tramway semble définitivement jeté aux oubliettes.

En effet, annoncé en septembre 2018 à Libreville, puis réitéré quelques mois plus tard à Guangzhou au sortir d’une rencontre entre le gouvernement gabonais et les représentants de la société chinoise Norinco International (société qui se consacre principalement aux activités internationales d’ingénierie), ce projet semble désormais faire partie de la longue liste d’annonces servies aux populations. Annonces dont la grande majorité, sinon la totalité, en sont restées à ce stade. 

A l’image su projet du métro ralliant Port-Gentil à Libreville, de la Marina d’Akanda, de l’université de Port-Gentil, de l’école des métiers du bois de Booué, etc., ce projet grandiloquent n’a donc quatre ans plus tard jamais démarré, alors même que les points clés liés à la signature du contrat commercial (le tracé des lignes, le type de posage de la voie, l’aménagement des stations et la définition du type de véhicules) avaient déjà été validés et approuvés par les deux parties. 

Soulevant aussi bien la question du principe de continuité de l’Etat censé guider le gouvernement, que la question de son engagement envers les populations qu’il est censé servir dans l’optique d’améliorer ses conditions de vie, ce projet à l’image de beaucoup d’autres interpelle sur l’inaction de l’exécutif. Une inaction qui, au regard du niveau actuel d’endettement, coûte pourtant très cher au contribuable. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Télesphore Obame Ngomo : « Qui veut en finir avec Ali Bongo ? »

Dans une tribune publiée sur sa page Facebook intitulée « Le débat de Missélé eba’a », le président de...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x