samedi, juin 22, 2024
More

    Gabon : les opérations d’enrôlement démarrent mal à Port-Gentil, déjà  des dénonciations d’achats de conscience  

    les plus consultés

    C’est visiblement à juste titre que certains acteurs politiques de l’opposition gabonaise s’inquiétaient de l’organisation de l’opération d’enrôlements démarrée dans le pays depuis le 9 du mois en cours. 

    Au cours d’une interview accordée à la presse le 14 mai dernier à la Mairie du bord de mer de Port-Gentil, la présidente de l’association Yiesse  Cocolylys Mandoungou épouse Mbourou, a dénoncé les agissements de certains hommes politiques qui s’adonnent déjà à commanditer les achats de conscience dans les bureaux d’enrôlement de la capitale économique.

    « Il y a des personnes qui viennent avec des sacs d’argent corrompre nos enfants ; des jeunes qui viennent volontairement pour se faire enrôler, sont traqués par ces personnes malsaines. Ça devient une prostitution politique. Il faudrait qu’on déguerpisse tous ceux qui ne foutent rien dans les centres d’enrôlement. N’influencez pas les enfants qui doivent voter librement », a fustigé Mandoungou Mbourou.

    Selon quelques indiscrétions, ces politiciens véreux traqueraient chaque personne qui se rend dans les bureaux d’enrôlement pour se faire identifier dans la base de données du fichier électoral. Munis de sacs d’argent, ils proposent la somme de 10 000 fcfa, voire 7000 fca, aux personnes qui viennent s’enrôler.

    D’ailleurs, c’est le même son de cloche du côté de Libreville, Owendo et Akanda où les jeunes sont également approchés par des politiciens véreux et sans scrupules. 

    L’idée est de persuader ces derniers de se faire inscrire dans l’arrondissement choisi par les acheteurs de conscience, afin que ces derniers bénéficient gracieusement de leurs cartes d’électeurs plus tard, dit-on.

    Il faut dire qu’avec le retour du scrutin à un tour. Ces tractations étaient plus ou moins prévisibles. Si beaucoup s’attendaient tout de même à voir ses bassesses se faire lors du vote, la pression des élections à un tour conduit désormais certains acteurs politiques à faire usage de fraude plutôt que prévu. 

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces actions viennent déjà entacher la sérénité des élections cumulées que le pays entend organiser dès août prochain. Pire, cela ne semble rien présager de bon. Tous les signes laissent croire que le pays plongera dans des mouvements massifs de contestation des résultats si rien n’est fait pour garantir la transparence.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x