lundi, mai 27, 2024
More

    Gabon : Louise Mushikiwabo et l’OIF prêtes à soutenir la transition 

    les plus consultés

    C’est ce qui semble ressortir de l’entretien entre le président de la Transition, Chef de l’État, le général Brice Clotaire Oligui Nguema et Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie ( OIF) le lundi 6 novembre 2023 au Palais Rénovation. L’organisation située avenue Bosquet à Paris s’est présentée comme une alliée, contrairement au Commonwealth qui a décidé de suspendre le Gabon de sa communauté. 

    L’Organisation internationale de la francophonie a envoyé sa représentante le lundi 6 novembre dernier s’enquérir de l’évolution de la transition conduite par le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) au Gabon. Mais surtout des circonstances de la mise en œuvre de la Transition, de ses objectifs et des avancées réalisées depuis sa mise en place par les nouvelles autorités gabonaises.

    En effet, la secrétaire générale de l’organisation, Louise Mushikiwabo, a exprimé la volonté de l’OIF d’accompagner le processus de transition, précisément dans l’élaboration des textes d’un référendum, de la constitution, des fichiers électoraux fiables, ainsi que l’organisation d’élections  démocratiques. 

    La secrétaire générale de l’organisation en a également profité pour prendre des nouvelles de l’ancien président déchu Ali Bongo Ondimba, notamment sur l’état de santé de celui qui a été victime d’un AVC en octobre 2018. de l’État. « Je suis à Libreville dans le cadre du travail», a fait savoir la SG. « Je suis venue voir le président de la Transition. Nous avons échangé sur la conduite de la Transition. J’ai un mandat de mon organisation, l’Organisation internationale de la Francophonie, de m’approcher des autorités nouvelles et d’échanger avec elles. Et j’ai voulu venir voir l’ancien président aussi qui est une personne que je connais depuis très longtemps », a affirmé Louise Mushikiwabo.

    Une posture critiquée par certains observateurs qui se demandent où était l’OIF lorsqu’Ali Bongo Ondimba et les siens manipulaient la constitution gabonaise à leur guise, tout en organisant des élections entachées de nombreuses fraudes et en emprisonnant des Gabonais en violation de leurs droits les plus élémentaires.

    Pour rappel, l’organisation internationale de la francophonie a pour rôle d’accompagner les Etats membres en contribuant considérablement dans la restauration des institutions, l’élaboration des textes y relatifs et l’organisation d’élections démocratiques.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x