jeudi, avril 25, 2024
More

    Gabon : Marc Ona Essangui lance une campagne internationale pour libérer Jean Rémy Yama  

    les plus consultés

    Le président du mouvement citoyen Tournons la page (TLP), Marc Ona Essangui, a lancé le mercredi 15 mars 2023 sur les réseaux sociaux une grande campagne internationale afin d’exiger aux autorités gabonaises la mise en liberté du président de Dynamique unitaire (DU), Jean Rémy Yama. 

    Incarcéré à la prison centrale de Libreville depuis le 02 mars 2022, la campagne placée sous le slogan : « Stop aux harcèlements des défenseurs des droits humains », devrait mobiliser quelques 250 organisations de la société civile en Afrique et en Europe pour dénoncer le non respect des droits de l’homme par les autorités gabonaises.

    Déjà, dans sa vidéo mise sur la toile pour lancer sa campagne, le patron de Tournons la page (TLP), une organisation spécialisée dans la défense des droits de l’homme, Marc Ona Essangui, a estimé que les raisons de l’incarcération du président de Dynamique unitaire (DU), sont devenues politiques, ce  « d’autant plus qu’un an après l’incarcération de Yama, le leader syndical n’a toujours pas eu droit à un procès ». Mieux, il a indiqué que le syndicaliste est sans soins de santé adéquats, « alors que son état de santé se détériore ». 

    Le président de Dynamique unitaire (DU), puissante confédération syndicale des agents de l’Etat gabonais, est poursuivi pour une affaire supposée « d’abus de confiance » dans l’affaire SCI Serpentin. Cogérant de cette entreprise commise dans la construction des habitations des enseignants et chercheurs gabonais sur un îlot offert gracieusement par le feu président Omar Bongo Ondimba, le mis en cause aurait encaissé l’argent d’un des acquéreurs sans livrer la maison. 

    Pour ses avocats, le dossier de leur client est vide, il devrait être libéré depuis et sans condition. Maîtres Anges Kevin Nzingou et François Meyer, avaient même dénoncé cette incarcération qui viole la loi, laquelle transforme, selon eux, le prévenu en prisonnier politique et s’étaient dit incapable de traiter un tel cas.

    « Nous, avocats, nous ne savons pas défendre un prisonnier politique dans le code pénal et de procédure pénale que nous utilisons constamment ; il n’y a aucune disposition dans ce sens sur le plan judiciaire ou juridique quels que soient le temps et le moment », avaient souligné ses avocats.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x