mardi, avril 23, 2024
More

    Gabon : Mays Mouissi démontre la difficulté que pourrait présenter le bulletin unique pour les électeurs

    les plus consultés

    Dans une démonstration mathématique publiée sur sa page Facebook, l’économiste Mays Mouissi s’interroge sur le choix du Centre gabonais des élections (CGE) d’imposer le bulletin unique à trois semaines des élections. A travers deux cas pratiques, il démontre la difficulté à laquelle sera confronté l’électeur face à cette nouvelle donne. Lecture.

    « Chers tous,

    Ce mardi, 1er août 2023, M. Michel-Stéphane Bonda, Président du Centre Gabonais des Elections (CGE) a annoncé un nouveau changement des modalités du vote lors des élections à venir. Le principal changement annoncé consiste à la création d’un bulletin de vote conjoint par parti sur lequel figurera en même temps le candidat dudit parti à l’élection présidentielle et le candidat de ce même parti à l’élection législative ainsi que son suppléant. Voter pour l’un reviendra à voter pour l’autre selon les explications données par le Président du CGE lors de sa conférence de presse. En outre, ce dernier a précisé que les candidats indépendants disposeront pour leur part de bulletins individuels puisque n’appartenant à aucun parti politique. Enfin, il a ajouté qu’une seule urne recevra les votes exprimés pour les présidentielles et pour les législatives.

    En résumé, chaque parti ayant présenté un candidat à la présidentielle et à l’élection législative dans une circonscription disposera de son bulletin conjoint qui lie le vote du député et du président de la République pour les deux élections tandis que les candidats indépendants disposeront de bulletins individuels où seuls leur photo et leur nom figureront.

    Cette annonce appelle de ma part des questionnements que je formule sous la forme de cas pratiques ci-dessous.

    𝐂𝐚𝐬 𝐩𝐫𝐚𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐧°𝟏 :

    Admettons qu’un électeur du 3e arrondissement – 2e siège de Libreville décide de voter pour le candidat indépendant Raymond Ndong Sima à l’élection Présidentielle. Le jour du vote, il va prendre le bulletin où seule figure la photo de Raymond Ndong Sima. A cet instant là, cet électeur n’aura pas encore voté pour les législatives. Pour voter aux législatives, il devra prendre un autre bulletin où figure la photo du candidat de son choix aux législatives. Or, les bulletins de plusieurs candidats aux législatives font apparaitre la photo du candidat de leur parti à la présidentielle et le vote de l’un entraine le vote de l’autre. 

    Ainsi, si cet électeur devait choisir comme député le candidat Alex Bernard Bongo Ondimba, le candidat du PDG aux législatives dans sa circonscription, cela reviendrait aussi à choisir Ali Bongo Ondimba comme Président de la République puisque le vote est lié. Or cet électeur aura déjà voté pour Raymond Ndong Sima à la Présidentielle.

    Dans ce contexte, cet électeur aura voté 3 fois. 2 fois à la Présidentielle (pour Raymond Ndong Sima et Ali Bongo Ondimba) et une fois aux législatives (pour Alex Bernard Bongo Ondimba).

    𝐂𝐚𝐬 𝐩𝐫𝐚𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐧°𝟐 :

    Il s’agit du cas inverse, toujours dans le 3e arrondissement – 2e siège de la commune de Libreville.

    Si un électeur de cette circonscription vote pour le candidat indépendant Geoffroy Foumboula Libeka Makosso à la députation, lequel aura un bulletin où il apparaitra seul, il lui faudra ensuite voter pour l’élection présidentielle. Si ce dernier choisit de voter pour Ali Bongo Ondimba à la présidentielle, en prenant son bulletin, les votes étant liés, il votera aussi pour le candidat du PDG à la députation, Alex Bernard Bongo Ondimba. Résultat, cet électeur aura voté 3 fois. 2 fois pour les législatives (Pour l’indépendant Geoffroy Foumboula Libeka Makosso et le pdgiste Alex Bernard Bongo Ondimba) et une fois pour la présidentielle (pour Ali Bongo Ondimba).

    Les deux cas étant problématiques, chacun peut se faire sa propre opinion de ces changements subreptices des règles à 3 semaines de l’élection. Pour ma part, je considère que les questionnements posés ci-dessus appellent une réponse urgente du CGE et de son Président.

    𝙈𝒂𝙮𝒔 𝑴𝙤𝒖𝙞𝒔𝙨𝒊

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x